Les brèves de l'ASEF- 30 avril 2021

Bonjour à toutes et à tous,

L’actualité santé-environnement: le Dr Alain Ragon se penchera sur les nano-pesticides. Sont-ils inoffensifs ou dangereux pour l’environnement ? La dernière étude sur l’activité physique en lien avec les formes graves de la Covid-19 par le Dr Denis Heckenroth. Et le Dr Pierre Souvet, président de l’ASEF, donnera son avis sur le dernier rapport de l’Anses sur la 5G.

Bonne lecture,

Prenez bien soin de vous et de vos proches.


 

EVENEMENT 25-26 juin 2021

 

L’ASEF propose en partenariat avec NES Formation deux journées de formations exceptionnelles consacrées à l’impact de notre environnement sur notre santé.

Cet évènement se tiendra à Lyon (69). Il vous sera possible de participer aux deux journées de formation depuis chez vous (au format classe virtuelle Zoom) ou sur place, en présentiel.

Ces formations, en cours de validation par l’Agence nationale du DPC, seront intégralement prises en charge et pourront faire l’objet d’une indemnisation.

SE PRE-INSCRIRE

DPC POLLUTION DE L’AIR – 4 JUIN 2021 – ANNECY

 

Le 4 juin 2021 à Annecy, auront lieu les Rencontres Kéwalé   réservées aux professionnels de la santé sur les impacts de la pollution de l’air sur la santé, et soutenues par l’ ASEF, le Collectif Environnement Santé 74 et Coll’Air Pur .

Plusieurs membres de l’ASEF y interviendront.

Inscription gratuite et indemnisée (DPC).

Programme et informations sur notre site

Contact Kéwalé au 09 74 77 11 00

Nano-pesticides: inoffensifs ou dangereux?

 

Comme la population mondiale augmente, il est nécessaire d’augmenter d’autant la production alimentaire dans des conditions environnementales acceptables.
La popularité des nano-pesticides progresse car ils apparaissent capables avec des quantités plus faibles de parvenir aux mêmes résultats que ceux obtenus avec l’agrochimie traditionnelle. Le Dr Alain Ragon analyse le document de la Commission européenne relatif aux nano-pesticides.

LIRE LA SUITE

 

L’activité physique réduirait les formes graves de COVID

 

En ces temps de confinement et de couvre-feu liés à la pandémie, l’activité physique de la population a tendance à diminuer, et pourtant …

Une récente étude publiée dans le British Journal of Sports Medicine [1] a analysé chez près de 50 000 patients ayant contracté le COVID entre janvier et octobre 2020 les risques d’hospitalisation, d’entrée en soins intensifs, et la mortalité, en fonction du degré d’activité physique durant les 2 années précédentes.

On définit comme actifs les personnes qui suivent les recommandations de l’OMS à savoir la pratique d’une activité physique au moins 150 minutes par semaine (2 heures 30) ; une activité modérée (jardinage, activités domestiques, marche) se situe entre 11 et 149 minutes par semaine, et la sédentarité consiste en 10 minutes ou moins d’activité par semaine.

Les personnes sédentaires atteintes du COVID ont 2 fois plus de risques d’être hospitalisées par rapport aux plus actives, leur risque de nécessiter la réanimation est de 73% supérieur, et les décès sont 2,5 fois plus fréquents.

Par rapport à la gravité du COVID, la sédentarité est un facteur de risque plus important que le tabagisme, l’obésité, l’hypertension artérielle, les maladies cardio-vasculaires, un antécédent de cancer, et n’est dépassée que par un âge avancé ou un antécédent de transplantation d’organe.

L’explication de ce bénéfice de l’activité physique repose sur l’amélioration du système immunitaire et l’action anti-inflammatoire du fait de la libération d’anti-oxydants par l’activité musculaire (propriétés déjà connues).

Les auteurs incitent les agences de santé à promouvoir l’activité physique auprès des populations.

En conclusion, même modérée, l’activité physique permet de réduire la gravité des atteintes du COVID.

Dr Denis Heckenroth, médecin cardiologue et membre de l’ASEF.

Ultra brèves

 

#5G

La 5G augmentera le niveau de champ électromagnétique (CEM) ambiant de 30% et pourrait, selon l’ANFR, va accroître de 50% le nombre de points atypiques où l’exposition est considérée comme élevée !

Le rapport de l’Anses nous dit “pas d’effets sanitaires nouveaux ” mais il n’y a aucune étude dans la gamme 3.5 GHz et donc on peut en effet conclure, en l’état actuel des connaissances, qu’il n’y a pas de nouveaux effets sanitaires !!!

Beaucoup de questions restent sans réponses sur cette augmentation du CEM ambiant. Une fois de plus la technologie est lancée sans vision claire des effets sanitaires. On rappelle que les normes d’exposition sont basées sur des effets thermiques (basés sur le réchauffement de 1 degré celsius en 6 minutes d’un mannequin rempli de gel conducteur !) ces normes font totalement fit des effets biologiques des ondes électro-magnétiques (OEM).

Conclusion: la nouvelle technologie qui a été lancée  va augmenter l’exposition aux champs electromagnétiques  mais sur le plan des effets sanitaires nous continuons à avancer à l’aveugle.

Pour rappel l’IARC a classé les OEM cancérigènes possibles.

Dr Pierre Souvet, cardiologue et Président de l’ASEF.

Les dernières publications de l’ASEF

 

Actualité oblige, téléchargez notre mini-guide  « COVID – 19 > LES BONS GESTES ÉCO-RESPONSABLES À ADOPTER ».

 

Conseils à retenir : AEREZ +++ en grand et plusieurs fois par jour ! Prendre de la Vitamine D (conseillée par l’Académie de Médecine ) et du Zinc pour stimuler vos défenses immunitaires

AGENDA

 

Le 7 mai, Pierre Souvet, président de l’ASEF, sera auditionné a la demande du pacte de l’emballage sur les plastiques en partenariat avec Tara Ocean.

Le 1er juin, aura lieu une web conférence « Santé environnement, passer des paroles aux actes » (sur le PNSE4) organisée par les Colloques de Pharmaceutiques et soutenue par l’ASEF. Inscription gratuite ICI

Un Diplôme Universitaire en Médecine Environnementale (DUME), initié par le Dr Joël Spiroux de Vendômois, a débuté à l’hôpital Henri Mondor de Créteil. L’ASEF y participera. Voici le programme : https://www.asef-asso.fr/wp-content/uploads/2021/01/Programme-DUME.pdf

Comme vous le savez, vous pouvez à présent nous soutenir gratuitement au quotidien en utilisant le moteur de recherche Lilo. Nous avons récolté pour le moment 305 points de supports. Merci pour votre soutien mais ne relâchons rien ! Pour passer en mode public, il nous faut atteindre au moins 1500 points. Alors faites pleuvoir vos gouttes d’eau ICI !

SOURCES

[1]Sallis R, Young DR, Tartof SY, et al, Physical inactivity is associated with a higher risk for severe COVID-19 outcomes: a study in 48 440 adult patients, British Journal of Sports Medicine Published Online First: 13 April 2021. doi: 10.1136/bjsports-2021-104080 https://bjsm.bmj.com/content/bjsports/early/2021/04/07/bjsports-2021-104080.full.pdf