Les brèves de l'ASEF du 31 janvier 2020

Bonjour à toutes et à tous,

Au menu de ces brèves, focus sur l’alerte de l’ANSES sur la 5G.

Nous vous attendons le 8 février au Parc Chanot à Marseille pour le premier grand salon sur la biodiversité, “Planète Biodiv'”.

Bonne lecture !

Alerte de l’ANSES sur les risques liés à la nouvelle technologie 5G de téléphonie mobile

 

Dans un rapport préliminaire d’octobre 2019 publié le 27 janvier 2020, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, du travail et de l’environnement) souligne le manque de données scientifiques sur les effets biologiques et sanitaires potentiellement liés aux 2 gammes de fréquences utilisées en 5G

La bande 3.5 GHz destinée à la téléphonie mobile, déployée dans un premier temps (fin 2020)

La bande 26 GHz pour les communications entre des objets connectés ou pour de la téléphonie mobile sur un périmètre restreint.

En ce qui concerne la première bande de fréquence (3.5 GHz, l’ANSES rappelle que les expertises de 2009, 2013 et 2016, s’étaient appuyées presque exclusivement sur des données liées à la téléphonie mobile, entre 0.8 et 2.3 GHz et aux signaux Wi-Fi à 2.45 GHz, fréquences inférieures à celles de la 5G.

De plus, les antennes seront différentes, émettant des puissances instantanées plus importantes, plus focalisées mais théoriquement plus limitées dans l’espace et dans le temps. Ces extrapolations des effets des fréquences de 3.5 GHz à partir de fréquences inférieures pourraient être insuffisantes.

Concernant la deuxième bande de fréquences utilisée en 5G (26MHz), seulement 3 études s’intéressant aux effets des fréquences proches, de 24.25 GHz à 27.5 GHz, ont été publiées ; les autres études portant sur des bandes de fréquences larges, de 24 à 60MHz et plus.

La question de la pertinence à prendre en compte des études considérant des fréquences largement supérieures à celles utilisées pour la 5G se pose donc.

Dès 2013 l’ANSES recommandait d’approfondir les recherches sur les effets biologiques et sanitaires, en particulier à long terme, sur ces gammes de fréquence.

Elle conclue donc qu’il serait sans doute bon, avant de se précipiter,  de répondre à ces 3 questions :

« Compte tenu du manque de données dans la bande autour de 3,5 GHz, peut-on extrapoler à cette bande les résultats des expertises précédentes sur les effets sanitaires des radiofréquences (8,3 kHz-2,45 GHz) ?

À partir des données de la littérature disponibles dans les fréquences entre 20 et 60 GHz, peut-on identifier des effets sanitaires potentiels ?

Compte tenu des spécificités des signaux de la 5G, peut-on anticiper l’exposition des populations et son impact sanitaire ? ».

Enfin, nous pouvons nous interroger sur l’utilité de cette nouvelle technologie. On nous crée des besoins qui peuvent potentiellement mettre notre santé en péril : le « risque » de gagner quelques secondes pour un téléchargement doit-il être forcément pris ?

Avant de clore ces brèves, nous vous rappelons que l’ASEF soutient l’Appel des Coquelicots qui demande l’interdiction de tous les pesticides de synthèse: https://nousvoulonsdescoquelicots.org/l-appel/

Petit point agenda :

 

Le 30 janvier, le Dr Lylian Le Goff, médecin environnementaliste et membre de l’ASEF, a participé à la table ronde organisée par la députée Sandrine Josso, à Paris, sur le thème « Cancers pédiatrique, effets cocktails et leur chronicité ».

Le 6 février, l’ASEF sera présente au Forum Santé Jeunes à Martigues (13) pour sensibiliser le jeune public à la santé environnementale.

Le 8 février, nous serons présents au premier grand salon sur la Biodiversité, « Planète Biodiv’ », au Parc Chanot, à Marseille, de 9h à 17h. L’entrée est gratuite. Nous vous attendons nombreux! Vous pouvez consulter le programme ICI

Notez qu’il reste encore quelques places pour une formation éligible au DPC sur « les bienfaits des jardins thérapeutiques au cours de la maladie d’Alzheimer et leur aménagement pratique » au CHRU de Nancy, les 13 et 14 février. Pour plus d’informations, cliquez ICI

 

A bientôt pour les prochaines brèves.

Portez-vous bien!

Le Club des 10 de l’ASEF