20 août 2021

De l’antiquité à aujourd’hui : l’Arsenic, poison des rois et roi des poisons

L’étude Esteban sur l’imprégnation aux métaux montre une élévation de l’imprégnation en arsenic total (AsT) et arsenic inorganique (AsI) dans la population française par rapport au rapport ENNS de 2007. Cette étude a pu comparer les niveaux d’exposition de la population par rapport à une étude similaire sortie 10 ans auparavant. [1]

L’arsenic inorganique est beaucoup plus dangereux que l’arsenic organique que l’on va trouver dans les poissons et crustacées par exemple. Nous allons donc nous focaliser sur lui.

L’AsI :  Il est cancérigène certain (poumon, vessie, foie, tube digestif, peau et des organes hématopoïétiques) et a des liens avec des atteintes neurologiques, hématologiques, cardio-vasculaires(coronaropathie), hépatiques, le diabète et une augmentation de la mortalité fœtale et néonatale.

Naturellement présent dans les sols, l’eau est le principal contributeur de contamination suivie des boissons rafraichissantes sans alcool et du lait chez les enfants. Il est présent aussi dans le tabac : (pour rappel, ne pas fumer c’est beaucoup mieux) ainsi que des applications industrielles (traitement du bois, semi-conducteur, et même la fabrication des plombs de chasse, etc…)

Cette contamination touche 100% de la population (enfants et adultes). Et 27% des adultes dépassent le seuil limite proposé par la HAS (10µg/g de créatinine) (qui ne tient pas compte des effets cocktails) et 5.1% des moins de 18 ans.

Elle est aussi plus élevée que chez les pays comparables (hors Corée).

La question est l’origine de cette augmentation.

Les sites pollués en France recensent à ce jour plus de 7 000 sites et sols pollués ou potentiellement pollués du fait d’activités industrielles anciennes ou actuelles, appelant une action des pouvoirs publics. L’arsenic est l’un des polluants inorganiques le plus souvent retrouvé. Une concentration élevée d’arsenic dans les sols peut également être observée.

L’eau : une présence maximale de 10µg/l est autorisé dans l’eau potable et on retrouve une augmentation de l’imprégnation si on consomme de l’eau embouteillée (en plastique) (+18.3%). Vous pouvez consulter les analyses d’eau du robinet de votre commune sur le site.

Une étude précédente avait montré que l’eau embouteillée (analysée à partir de 48 sources européennes dont 9 eaux minérales françaises) contenait de 95 à 165 fois plus d’antimoine. [2] Le recours à la bouteille en polyéthylène (P.E.T) est responsable de cette contamination puisque l’antimoine est utilisé comme catalyseur de sa fabrication. La durée de conservation dans un contenant en P.E.T accroît la teneur en antimoine de l’eau. L’antimoine est un cousin proche de l’arsenic ; la question se pose donc.

Santé Publique France estime à juste titre qu’il est « nécessaire de poursuivre les mesures visant à diminuer les expositions de la population générale à ces substances » car l’ensemble de la population française est contaminé et les niveaux de contamination augmentent.

L’étude ESTEBAN a aussi montré que la population est grandement contaminée par le cadmium qui pourrait de plus contribuer aux effets toxiques de l’arsenic [3]

Pour réduire cette contamination il faudrait :

  • Etudier une réduction de la limite en arsenic autorisée dans l’eau potable (des systèmes d’élimination de l’Arsenic existent) ;
  • Inscrire sur les étiquettes des eaux embouteillés la quantité d’Arsenic présente (comme les nitrates, sulfates, etc ) ;
  • Voir des analyses après leur mise en bouteille (avec différentes durées de conservation).

La décontamination de sites pollués doit être intensifiée. [4]

Pierre Souvet, cardiologue, Président de l’ASEF

 

[1] https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2021/exposition-aux-metaux-de-la-population-francaise-resultats-de-l-etude-esteban

[2] Shotyk W, Krachler M., Contamination of bottled waters with antimony leaching from polyethylene terephthalate (PET) increases upon storage. Environ Sci Technol. 2007 Mar 1;41(5):1560-3. doi: 10.1021/es061511+. PMID: 17396641. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17396641/

[3] National Research Council. 2013. Critical Aspects of EPA’s IRIS Assessment of Inorganic Arsenic: Interim Report. Washington, DC: The National Academies Press. https://doi.org/10.17226/18594

[4] Imprégnation de la population française par l’arsenic. Programme national de biosurveillance, Esteban 2014-2016

 https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/pollution-et-sante/sols/documents/enquetes-etudes/impregnation-de-la-population-francaise-par-l-arsenic.-programme-national-de-biosurveillance-esteban-2014-2016

Lire nos dernières actualités

Tout voir
Protéines : priorité au végétal – Préserver sa santé, protéger la planète – Dr Lylian Le Goff et Claude Aubert
Il est aujourd’hui essentiel de réduire notre consommation de viande afin de protéger notre santé et la planè ...
“L’éco-anxiété – Vivre sereinement dans un monde abîmé” par la Dre Alice Desbiolles
Un malaise nouveau s’est emparé d’une partie de notre civilisation Nombreux sont nos concitoyens à éprouver un ...
Stimuler sa fertilité, c’est parti ! – Isabelle Doumenc
Naturopathe et membre de l’ASEF, Isabelle Doumenc a publié fin 2019 un nouvel ouvrage sur les moyens pour opti ...