Les brèves de l'ASEF du 21 septembre 2018

Bonjour à tous,

Nous vous annonçons que dorénavant le « débrief » devient « les brèves de l’ASEF » qui reprendront les actualités de santé environnementale et nos activités.

Les premières brèves porteront principalement sur les actions et les retours de presse en lien avec la 4ème Journée de la Qualité de l’Air le 19 septembre dernier.

Pour commencer, le 18 septembre, Dr Souvet, cardiologue et président de l’ASEF, est intervenu à la conférence de presse organisée par Generali, en association avec la Mairie de Pairs, Airparif, le CNRS et Aérophile à Paris.

« L’Ozone, un gaz toxique pour l’homme »
3 Questions au Dr Souvet, Président de l’ASEF (Association Santé Environnement France)

Comment agit l’ozone sur le corps et quels sont ses effets sur la santé ?
L’ozone est un gaz irritant qui peut provoquer une inflammation de l’arbre bronchique. Il est souvent responsable d’une irritation du nez, de la gorge, des yeux ; il diminue les fonctions respiratoires, aggrave ou déclenche, en fréquence ou en gravité, des symptômes respiratoires (essoufflement, toux, crise d’asthme ..). Il existe des populations plus sensibles : enfants, personnes âgées, patients atteints de pathologies respiratoires (asthme, bronchite chronique, allergies …).

Est-ce que la durée de ces épisodes de pollution a une importance en terme de conséquences ?
L’exposition à court terme est associée à une augmentation du risque de décès par cause respiratoire (+ 2.9% par +10ppb (selon l’étude Jarett – 2009).
Une autre étude a mis en évidence une augmentation du passage aux urgences pour crise d’asthme, surtout chez l’enfant (+8%)[1].
L’INVS en 2016 estime à 500 morts par an les décès par cause respiratoire dus à l’ozone.
A long terme, nous pouvons constater une augmentation des décès cardiorespiratoires en saison chaude de 1 à 3% (chiffres confirmés pour les décès respiratoires, mais pas de consensus pour les décès cardio).
Enfin, L’étude Aphekom réalisée sur 9 villes françaises en 2012 (Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Lille, Rouen,Strasbourg, Le Havre, Bordeaux) estime que le respect de la valeur guide de l’OMS (100 microg/m3) éviterait69 décès et 62 hospitalisations et qu’une diminution de 5µg/m3 des maxima journaliers sur 8 heures aurait conduit à différer 119 décès et éviter 197 hospitalisations respiratoires.

Quelles sont les mesures de prévention les plus efficaces en cas d’épisode de pollution ?
S’informer de la présence d’un pic de pollution à l’ozone, éviter les efforts et le sport où l’on inhale plus de
polluant, privilégier les sorties brèves et éviter les heures d’ensoleillement maximum.
Bien prendre son traitement à visée respiratoire et consulter si des symptômes apparaissent.
Sur un plan collectif : réduire les émanations de précurseurs de l’ozone en particulier les oxydes d’azote en réduisant le trafic routier et les émissions industrielles.

Pour rappel, en termes de décès prématurés dûs à la pollution de l’air, on dénombre 520 000 morts en Europe et 48 000 en France.

Le 18 septembre, Dr Lefèvre, cardiologue et porte-parole de l’ASEF, est intervenu lors de l’événement organisé par Atmo Sud: « Air 24 – Le digital au service de l’air de demain » à « The Camp », à Aix-en-Provence. Il a parlé des différents types de polluants, des conséquences sur notre santé et a insisté sur la nécessité de généraliser ces nouvelles technologies. Celles-ci se développent sur deux plans : le premier, collectif, au niveau des agences, des organismes de surveillance de la qualité de l’air, avec des technologies de haute technicité et de hautes performances. Le second, individuel, utilisé à l’extérieur et à l’intérieur des locaux en pleine expansion permettant une mesure instantanée ; enfin, les techniques connectant les deux niveaux pour s’informer, améliorer les données collectives  et adapter ainsi ses activités selon la pollution.

Depuis mardi dernier jusqu’au 22 septembre, l’association SERA et Philippe Perrin, éco-infirmier, directeur de l’IFSEN et membre de l’ASEF, sensibilise le public à cette problématique de la pollution de l’air, dans un logement témoin.

Le 19 septembre, l’association SERA a été présente sur un grand stand d’informations grand public, sur cette thématique, sur le marché de la Croix-Rousse à Lyon.

Dr Trébuchon, allergologue à Montpellier et membre de l’ASEF, a organisé un Facebook Live avec le Midi Libre pour sensibiliser le public à la pollution dans cette ville. Vous pouvez le revoir ici : https://www.facebook.com/midilibre/videos/vl.238754036797689/431510477373914/?type=1

La Ville de Schiltigheim, non loin de Strasbourg, a organisé une conférence-débat à l’hôtel de ville: « La qualité de l’air et ma santé, dans la maison et dehors » avec Dr Reis, neurologue et membre de l’ASEF, et Martine OTT, conseillère médicale en environnement intérieur.

Dr Faitg, anesthésiste et membre de l’ASEF, a créé le collectif « Santé Environnement 74 », a également participé à une conférence pour sensibiliser le public sur la pollution de l’air problématique dans cette région. L’événement a été élaboré en collaboration avec le collectif Air pur.

En marge de ces événements, plusieurs articles de presse sont parus. Vous pouvez les consulter ici :

https://www.santemagazine.fr/actualites/journee-de-la-qualite-de-lair-le-cri-dalarme-des-associations-333916

https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/pollution-a-l-ozone-2018-annee-record-en-ile-de-france-1537283200

https://www.laprovence.com/article/edition-aix-pays-daix/5156086/la-pollution-de-lair-3e-cause-de-mortalite.html

https://www.actu-environnement.com/ae/news/paris-pollution-ozone-airparif-particules-fines-qualite-air-32019.php4

Dr Souvet a été interviewé par :

« Reporterre » : https://reporterre.net/Comment-Tokyo-a-t-elle-reduit-la-mortalite-due-a-la-pollution-de-l-air

France Bleu Provence : https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-7h50/provence/docteur-pierre-souvet-cardiologue-aixois-et-president-de-l-association-sante-environnement-france

Reuters,  BFM Paris, sur France Inter, France Culture l’ont également interviewé.

Dans un autre registre, le 14 septembre 2018, le réseau AGORES qui regroupe les cadres territoriaux de la restauration collective accueillait Didier CUGY pour l’Association Santé Environnement France et André CICOCELLA président du Réseau Santé Environnement pour aborder le sujet du plastique alimentaire dans la restauration collective. Il est paru fondamental de diffuser la connaissance sur le sujet. L’ASEF pourrait transmettre via AGORES des fiches techniques à usage des responsables de cuisine. La conclusion du réseau était la suivante : pourquoi faire de la cuisine de qualité (circuits courts, bio, etc…) si c’est pour la dégrader en faisant usage de plastiques qui la transforment en poison ?

Enfin, l’ASEF a signé « nous voulons des coquelicots- l’appel des 100 pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse ». Vous pouvez signer ici : https://nousvoulonsdescoquelicots.org

Pour finir ces brèves, l’ASEF sera présente à la foire de Marseille aux côtés de l’URPS, le mardi 25 septembre. Et le 4 octobre, Dr Souvet, accompagné de Nastassja, nouvelle chargée de mission, seront à l’inauguration de l’exposition sur les perturbateurs endocriniens à la mairie d’Arcueil. L’ASEF a participé à l’élaboration des panneaux et à la « chasse aux PE » organisée pour les agents municipaux et le public.

Comme toutes les associations, nous avons besoin des cotisations annuelles pour faire vivre l’ASEF. Nous comptons sur votre générosité pour renouveler votre adhésion 2018 si ce n’est pas le cas. Merci de votre compréhension. Pour la mettre à jour: http://www.asef-asso.fr/devenez-membre/

A bientôt pour les prochaines brèves de l’ASEF!

SOURCES

[1] Relationship between visits to emergency departments for asthma and ozone exposure in greater Seattle – annals d’allergie, asthme, immunology – Mar TF et al 2009