6 novembre 2023

Les anti-parasitaires externes - la synthèse des vétérinaires d'Eco Véto

Les parasites externes (vivant sur le pelage de votre animal) tels que les puces, les tiques ou encore les moustiques peuvent, en plus de la gêne qu’ils occasionnent, transmettre des maladies à vos animaux de compagnie. Afin de les protéger de ces risques, de nombreux produits ont été développés : pipette, spray, collier, shampoing, comprimé…. Mais ces molécules sont des biocides (= qui tuent le vivant) et donc ont des conséquences importantes sur la santé humaine et sur la biodiversité par contamination des eaux de surface.

–> Comment utiliser correctement et de manière raisonnée ces molécules sans compromettre la santé de votre animal ?

QUIZZ

 

  1. A votre avis, comment ces molécules arrivent dans les eaux des rivières ?

o si mon chien se baigne dans une rivière ou un lac

o si je caresse mon chien et que je me lave les mains ou si je passe à la machine son coussin, je contamine également les eaux de surface car ces molécules ne sont pas stoppées par les stations d’épuration

Les 2 réponses

–> Ces molécules ne sont pas sans conséquences sur l’environnement et sont la plupart du temps toxiques pour de nombreux organismes aquatiques et insectes. Rajoutons à cela les oiseaux qui utilisent les poils de chien et de chat contaminés pour fabriquer leur nid.

2. Les molécules appliquées sur un animal peuvent se retrouver dans le sang des propriétaires ?

o oui

o non

oui

–> Lorsque ces molécules font l’objet d’études chez les humains, elles sont classées dans les nombreux pesticides qui nous côtoient au quotidien. Pas de danger à court terme, mais l’effet cocktail sur la santé humaine est encore en cours d’évaluation. Certaines catégories de personnes comme les enfants et les femmes enceintes doivent particulièrement  prendre des précautions vis à vis de ces molécules.

Pour limiter l’exposition humaine et environnementale, quelques recommandations s’imposent

Les ANTI-PARASITAIRES ne sont pas toujours NÉCESSAIRES!

Comme tous les médicaments, leur utilisation n’est pas automatique.

Chez le chat : il y a des facteurs individuels et environnementaux dans une infestation aux puces. Si votre chat est en bonne santé et votre environnement peu contaminé, une surveillance régulière (1 fois par semaine) permet de ne traiter qu’en cas de besoin son animal. Si les infestations sont trop fréquentes ou une allergie aux piqures de puces est présente, la prévention sera obligatoire. Les tiques quant à elle ne transmettent que très rarement des maladies aux chats. 

 

Chez le chien : lorsque cela est possible (taille raisonnable et poils inspectables), il est possible de surveiller comme chez le chat les infestations de puces et les tiques après chaque balade à risque (grandes herbes ou forêt). Dans des zones trop fortement infestées, en particulier aux tiques, la prévention pourra avoir lieu chimiquement ou à base d’huiles essentielles.

 

Surveillance

Infestation de puces

Il n’est pas toujours simple de savoir si un chien ou un chat a des puces et souvent, les chats ne présentent aucun signe clinique bien qu’ils hébergent des puces et sont à l’origine de la contamination de l’environnement. 

  • Rechercher les puces adultes sur les animaux. Attention, elles ne sont pas facilement visibles à l’œil nu (sauf si infestation massive). Il est possible de peigner l’animal avec un peigne fin spécial afin de les mettre en évidence.

 

  • Rechercher des crottes de puces. Le mieux est d’utiliser le peigne fin spécial (demandez conseil à votre vétérinaire) et de le passer sur l’ensemble du corps de votre compagnon. Regarder sinon à la base de la queue à rebrousse poils. Récupérer les débris sur une feuille d’essuie-tout blanche. Les crottes de puces contenant du sang non digéré, l’humidification de la feuille de papier produit une auréole rouge autour de celles-ci.

 

Morsure de tique

Une morsure de tique n’est pas forcément synonyme de transmission de maladie mais plus une tique reste accrochée longtemps, plus elle risque d’infecter son hôte. Les larves et les nymphes sont toutes petites et il est parfois difficile de les voir, par contre on les sent lorsqu’on caresse méticuleusement son animal si le poil n’est bien sûr pas trop épais. Il faut donc inspecter l’ensemble du corps.

–>Conduite à tenir : n’attendez pas et retirer la tique le plus rapidement possible avec l’aide d’un crochet à tique. 

Choisir la taille de crochet la plus adaptée à la taille de la tique.

  • Insérer le crochet autour sous la tique en l’appuyant sur la peau du chien. Il faut veiller à ne pas comprimer l’abdomen de la tique afin qu’elle ne régurgite pas ses toxines responsables des maladies. 
  • Tourner le crochet deux ou trois fois dans le sens inverse des aiguilles d’une montre jusqu’à ce que la tique se décroche. 
  • Désinfecter la zone de morsure avec un antiseptique et la surveiller durant plusieurs semaines. 

L’utilisation de la pince à épiler est déconseillée et en aucun cas il ne faut utiliser de l’éther, alcool ou autre produit car la tique risque de régurgiter son contenu et ainsi transmettre les maladies. 

Il est possible de ne pas tuer la tique et de l’envoyer au programme de recherche citique www.citique.fr

N’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel de santé vétérinaire (vétérinaire ou pharmacien)afin d’établir un plan de prévention personnalisé pour établir la fréquence et la nature des produits qui seront le plus adaptés à votre animal. Le plus souvent, en plus de mieux prévenir les risques auxquels votre animal est véritablement exposé, cette démarche vous fera en réalité économiser des achats de produits médicamenteux, en plus de limiter l’exposition a des produits anti-parasitaires pour vous et votre animal

Choisir la bonne formulation

Du fait de la persistance et du transfert de certaines molécules dans l’environnement et de la sensibilité de certaines populations plus à risque, les comprimés doivent être privilégiés dans certaines circonstances :

  • Présence de jeunes enfants dans le foyer ou d’une femme enceinte 
  • Chien qui se baigne ou  lavé souvent 
  • Chien/chat partageant la literie (pour des raisons sanitaires, il n’est pas recommandé de dormir avec son animal, surtout les enfants)

Les recommandations pour les comprimés 

  • Se laver les mains après l’administration
  • Ramasser les selles durant la période d’efficacité de la molécule (poubelle) y compris dans le jardin ou en balade à la campagne comme en forêt. C’est un acte citoyen de ne pas laisser sur la voie publique les crottes de chien mais aussi un acte de protection des organismes aquatiques et des insectes en particulier coprophages (qui dégradent les fécès) ou pollinisateurs lorsque les animaux sont traités. 

Les recommandations pour les applications externes (spray, pipettes, colliers) : LIRE LES RECOMMANDATIONS DU FABRIQUANT

  • Traiter le soir ou avant la promenade s’il ne pleut pas et pas de baignade. 
  • Se laver les mains après administration ou porter des gants (Gant impératif pour certains produits)
  • Attendre que la zone soit sèche et invisible avant de caresser l’animal (pipette), cela peut prendre plusieurs jours. Interdire les jeux avec les enfants durant cette période.
  • Limiter les baignades et les bains (maxi 1/semaine – interdit pour certains produits)
  • Eviter le contact prolongé avec l’animal traité (ne pas dormir avec et nous rappelons que également pour des raisons d’hygiène, embrasser son animal n’est pas recommandé)

Des injections existent pour les chats. Elles durent 6 mois, stérilisent les puces et se réalisent chez votre vétérinaire. Il est conseillé que les chats fassent leurs besoins dans une litière afin de limiter la contamination.

Eliminer correctement les emballages vides par une filière adaptée (pharmacie ou chez votre vétérinaire s’il récupère les Médicaments Non Utilisés)

—>Ne surtout pas mettre au tri ni à l’enfouissement des déchets (incinération ok).

Choisir le produit avec le moins de composant possible (éviter les cocktails)

Il n’est pas nécessaire de vermifuger (parasites internes) à chaque anti-parasitaire externe votre animal, la vermifugation aussi doit être raisonnée.

Nos dernières informations

Les bienfaits des espaces verts sur les troubles comportementaux de l’enfant
Une étude datant de février 2024 a analysé les comportements d'intériorisation et l'association aux espaces ve ...
Comment passer de la spirale d’inaction à la spirale d’action ?
éditorial   sur la difficulté de mise en œuvre des changements nécessaires pour réduire nos émissions de carbo ...
Une étude sur la proximité des vignes et les leucémies lymphoblastiques pédiatriques
Une étude sur la proximité des vignes et leucémies lymphoblastiques pédiatriques ...