18 septembre 2018

19 septembre 2018 - 4ème Journée de la Qualité de l'Air - Le cri des médecins

La pollution de l’air est la troisième cause de mortalité en France après le tabac et l’alcool. On estime que chaque année, elle ôterait la vie à 55 000 personnes et coûterait entre 70 et 100 milliards d’euros. La France est aujourd’hui mise en cause par la Commission Européenne dans le cadre de deux procédures pour non-respect des valeurs réglementaires et ce, dans 14 territoires ! A l’occasion de la journée nationale de la qualité de l’air, l’ASEF, qui fédère des centaines de professionnels de santé, a décidé de mobiliser ses troupes dans les territoires concernés.

Les 14 territoires prioritaires. Les 14 territoires concernés par une pollution atmosphérique préoccupante  ne se limitent pas,comme on pourrait le penser, à l’Ile de France. La province est également touchée : vallée de l’Arve, Vallée du Rhône, Grenoble, Strasbourg; mais aussi la côte méditerranéenne avec Marseille, Nice, Montpellier, Toulon. Sur la zone de Montpellier, ce sont les concentrations en dioxyde d’azote (NO2) qui sont mise en cause, puisqu’elles dépassent régulièrement le seuil réglementaire de 40 μg/m3. Une pollution générée à 80 % par les transports. « On sait qu’en zone urbaine le trafic routier est le principal responsable de la pollution » explique le Dr Florence Trébuchon, Allergologue à Montpellier et membre de l’Association Santé Environnement France (ASEF).

Effets incontestables sur la santé. Cette pollution a un effet sur la santé : cancers en particulier pulmonaires, asthmes, allergies, bébés prématurés, maladies cardiovasculaires, démences… De nombreuses études médicales démontrent que vivre près d’un axe autoroutier augmente ces risques. On a par exemple, 38 % de risque supplémentaire de mourir d’un accident cardiaque si l’on vit à moins de 50 mètres d’un gros axe autoroutier comparé à une population qui vit à plus de 500 mètres de cet axe(1). De même, on sait que vivre près d’un gros axe routier pendant la grossesse augmente de 25 % le risque que l’enfant à naître soit asthmatique avant l’âge de 5 ans (2). Enfin, le risque de cancer du poumon est augmenté de 55% pour les non-fumeurs vivant en bordure gros axe routier (3). L’une des problématiques est liée au taux de NO2 en ville principalement liés à la multiplication des véhicules diesel.

Le diesel : principale source de NO2 en ville. Les véhicules diesels, y compris les récents, émettent beaucoup plus de NO2 que les véhicules essences. Une étude récente a confirmé les bénéfices d’une ville sans diesel En effet, Tokyo a interdit les véhicules diesel il y a maintenant 10 ans et on constate aujourd’hui une diminution de  22 % des décès d’origine pulmonaire et une diminution de 10 % des décès d’origine cardiaque toutes causes confondues (4). « De plus, on sait que l’interaction entre les gênes du fœtus et son environnement dans l’utérus va favoriser l’expression ultérieure de certaines maladies. On appelle cela l’épigénétique. L’exposition aux polluants atmosphériques va modifier l’expression de certains gênes et induire de l’asthme, de l’autisme voire même certains cancers…La particularité de l’épigénétique est qu’il s’agit d’un phénomène qui peut être transgénérationnel. La modification de l’expression d’un gêne qui apparaît très tôt dans la vie pourrait être transmise à la génération suivante, même si elle n’est pas exposée à l’environnement nocif responsable » explique le Dr Pierre Souvet, Cardiologue et Président de l’ASEF.

Contact presse: 04 88 05 36 15 ou ludivine.ferrer@asef-asso.fr

L’Association Santé Environnement France, composée exclusivement de professionnels de santé, est devenue incontournable sur les questions de santé-environnement.

Références bibliographiques

(1). Hart Je, Chiuve se, Laden F et al. Roadway proximity and risk of sudden cardiac death in women. Circulation, 2014;130:1474¬1482. 

(2). Hind Shihi. Perinatal air pollution exposure and develppment of asthma from birth to age 10. European Respiratory Journal. February 2016

(3). Beelen et al. Long-term exposure to traffic-related air pollution and lung cancer risk. Epidemiology. 2008;19: 702–10 

(4). Yorifuji et al . Fine-particulate Air Pollution from Diesel Emission Control and Mortality Rates in Tokyo: A Quasi-experimental Study.. Epidemiology. 2016 Nov;27(6):769-78

Lire nos dernières actualités

Tout voir
Le point sur la loi interdisant le téléphone portable dans les écoles – la synthèse du Dr Faitg
Le 7 juin 2018, l’Assemblée Nationale a voté pour l’interdiction du téléphone portable dans les écoles Dr Fait ...
Les Polluants Organiques Persistants – la synthèse de l’ASEF
Les Polluants Organiques Persistants (ou POP), sont des substances organiques qui sont capables de résister à ...
Vaincre l’asthme et les allergies – Florence Thébuchon
Pendant les vingt dernières années, les allergies se sont développées de manière impressionnante Cette épidémi ...