26 juin 2017

Le triclosan : où en est-on - la synthèse de l'ASEF

Vous avez peut-être déjà entendu parler du triclosan, notamment comme composant de votre dentifrice, mais qu’est-ce que c’est exactement ? Il s’agit d’un biocide organochloré, très utilisé depuis les années 1970 et présent dans des centaines de produits courants. Il est utilisé pour ses propriétés antifongiques et antibactériennes, notamment dans les cosmétiques. Mais son utilisation est discutée depuis plusieurs années à cause des potentiels effets sanitaires et environnementaux. Il a d’ailleurs très récemment fait l’objet d’un communiqué signé par des scientifiques et professionnels de la santé pour appeler à son bannissement de ces produits. Alors, où en est-on exactement ?

Utilisation

Le triclosan est majoritairement connu pour entrer dans la composition des produits d’hygiène et cosmétiques, notamment les savons, les déodorants ou les dentifrices, où il sert d’agent de conservation et d’antimicrobien. En 2001, on retrouvait le triclosan dans 76% des savons commerciaux [1]. En 2008, il était présent dans plus de 140 catégories de produits de beauté ou de soins personnels.

Mais il est également présent dans d’autres produits de consommation courante où il sert d’antimicrobien : des ustensiles de cuisine, des jouets, des vêtements ou des tissus. Il est notamment utilisé dans de nombreux produits ménagers tels que les détergents.

Dans les établissements de soins de santé, il est présent dans les antiseptiques et les désinfectants, et parfois intégré aux matériaux médicaux.

A noter qu’au sein de l’Union Européenne, le triclosan ne peut pas être utilisé dans les denrées alimentaires ; il peut cependant être utilisé dans les produits biocides pour l’hygiène vétérinaire.

Dans les compositions des produits, vous le trouverez également sous les dénominations « Cloxifenolum », « Irgasan » ou « Lexol 300 ».

Risques sanitaires

Le triclosan est capable de passer la barrière cutanée et donc de se retrouver dans l’organisme [2]. Aux Etats-Unis, une étude a retrouvé du triclosan dans 75% des échantillons d’urine analysés [3]. Il est également retrouvé dans le lait maternel et est capable de traverser la barrière placentaire ; on peut d’ailleurs en détecter dans le sang du cordon ombilical [4].

L’exposition humaine majeure vient des applications cutanées via les produits cosmétiques (lotions, savons, dentifrices…) ; il existe également une exposition via la nourriture ou l’eau contaminées.

Sensibilisation et allergies

Le triclosan a de nombreux effets ; une étude a montré qu’il pouvait affecter le système immunitaire et entraîner une aggravation des allergies [5]. En effet, des corrélations ont été détectées entre la concentration urinaire en triclosan des enfants et la sensibilisation aux allergènes aériens, l’asthme, les rhinites allergiques.

Les études animales suggèrent que le triclosan n’est pas en lui-même un allergène mais agirait comme un adjuvant pour augmenter les réponses allergiques [6]. Chez la souris, l’exposition cutanée à des concentrations similaires à celles retrouvées dans les produits de soin augmente l’hypersensibilité et le risque d’anaphylaxie.

Perturbateur endocrinien

Le triclosan et le triclocarban sont des perturbateurs endocriniens et sont capables d’interférer avec les œstrogènes et les androgènes chez les mammifères. Il semble que le triclosan soit capable d’interagir avec le récepteur aux estrogènes à très basses concentrations [7]. Chez les rongeurs, l’exposition au triclosan a été associée avec une diminution de la testostérone, de l’hormone lutéinisante et de la production de spermatozoïdes [8].

Il interfère également avec la thyroxine, une hormone thyroïdienne. En effet, l’exposition au triclosan in utero lors de la période embryonnaire bloquerait le métabolisme de la thyroïde [9] [10]. Une exposition prénatale est également associaée à un risque de faible croissance in utero ainsi que de faible périmètre crânien à la naissance [11].

Cancérigène potentiel

Plusieurs études ont regardé l’effet du triclosan sur la cancérogénèse, sans parvenir à des conclusions définitives [12]. Mais au-delà de sa potentielle capacité cancérigène intrinsèque, le triclosan est capable de réagir avec le chlore, notamment celui contenu dans l’eau de boisson, et peut ainsi produire du chloroforme, une substance classée cancérigène potentiel par le CIRC. Il est également suspecté d’être contaminé par des dioxines. En effet, ces substances se dégradent lors de la réaction avec le chlore et la lumière. Cette dégradation entraîne la production de dioxines, en petite quantité mais avec une importante toxicité. Du fait de leur grande stabilité, ces dioxines sont également bioaccumulables.

Enfin, le caractère perturbateur endocrinien du triclosan pourrait favoriser les cancers hormono-dépendants tels que certains cancers du sein ou de la prostate.

Altération de la contraction musculaire

Les antiseptiques de la famille du triclosan ont montré un effet sur certains récepteurs  impliqués dans les courants ioniques et de nombreuses fonctions physiologiques, comme la contraction musculaire. En effet, chez la souris, le triclosan perturbe le système de réponse musculaire lors de l’impulsion nerveuse [13].

Risques environnementaux

La grande stabilité du triclosan fait qu’il se retrouve dans quasiment tous les compartiments environnementaux. Il a ainsi été retrouvé dans les cours d’eaux américains [14] ainsi que dans les boues d’épuration [15]. A partir de ces boues, il est capable de s’accumuler dans les sols, où il va altérer les populations microbiennes et favoriser la résistance de certaines espèces.

Le triclosan peut également contaminer la chaîne alimentaire. A partir des sédiments, il peut contaminer les algues, les batraciens et les poissons. Il a notamment été retrouvé dans la bile des poissons en aval des effluents d’usine, mais aussi dans l’organisme de dauphins vivant au large dans l’Océan Atlantique. Du triclosan a également été retrouvé dans les œufs d’oiseaux de mer (Millow 15).

Le triclosan affecte la reproduction et le développement de plusieurs espèces de poissons [16] ; il peut également affecter la reproduction d’escargots.

Développement de résistances bactériennes

Le triclosan fait l’objet de nombreuses études sur la résistance aux antimicrobiens. Dans les sédiments, il a été montré qu’il existait une résistance au triclosan et des modifications de la composition bactérienne [17]. Plusieurs études menées chez l’animal suggèrent que l’exposition au triclosan modifie le microbiote intestinal et intranasal [18]. Mais il n’existe pas d’études menées sur l’impact du triclosan sur le microbiote humain.

Débats sur sa présence

Plusieurs études indiquent que des savons ne contenant pas de triclosan sont aussi efficaces au niveau de l’hygiène des mains que des savons en contenant [19].

Appel de Florence

Le 20 juin 2017, plus de 200 scientifiques de 29 pays ont lancé un appel pour bannir le triclosan et un autre antimicrobien de la même famille, le triclocarban. En effet, ils estiment que « ces substances sont des perturbqteurs endocriniens persistants et bioaccumulatifs toxiques pour les milieux aquatiques et les organismes qui y vivent ». Plusieurs organisations dont l’ASEF ont signé cet appel. Selon Hanns Moshammer, membre des Médecins pour un Environnement Sain (Autriche), « le triclosan dans les produits cosmétiques ne présente aucun bénéfice immédiat, n’ayant pas à cette concentration d’action désinfectante sur la peau » ; il pourrait également nuire à la flore cutanée.

Les signataires appellent la communauté internationale à « limiter la production et l’utilisation du triclosan exclusivement aux applications médicales et à remettre en question d’une manière générale le bénéfice des produits de désinfection ».

Si vous souhaitez en savoir plus, consultez notre résumé de l’appel de Florence.

Législation

Aux Etats-Unis, le triclosan et le triclocarban ont été partiellement interdits en septembre 2016 par la Food and Drug Administration. Ces substances sont donc interdites dans les savons et gels douches utilisés avec de l’eau ; elles sont néanmoins toujours autorisées dans les dentifrices, les gels hydroalcooliques et dans le milieu hospitalier.

L’Union Européenne autorise toujours la présence de triclosan dans les cosmétiques, avec une concentration maximale de 0,3%, et dans les solutions pour bain de bouche (avec une concentration maximale de 0,2%). Mais il est interdit dans les produits de rasage depuis octobre 2014. En 2006, environ 450 tonnes de triclosan ont été utilisées dans l’Union Européenne, dont 85% pour les produits cosmétiques.

Conclusion

Si le triclosan est utilisé dans une très grande majorité de produits cosmétiques et d’usage courant, il est néanmoins de plus en plus controversé, notamment par les scientifiques qui ont lancé très récemment un appel pour légiférer et interdire le triclosan à part dans certaines applications médicales particulières. Plusieurs interdictions ont déjà été prises pour certaines applications (savons aux USA, produits de rasage en UE) mais ce composé reste néanmoins extrêmement utilisé dans d’autres produits d’hygiène et de soin.

Bibliographie

[1]        Perencevich EN, Wong MT, Harris AD. National and regional assessment of the antibacterial soap market: a step toward determining the impact of prevalent antibacterial soaps. Am J Infect Control 2001; 29:281–283.

[2]        Moss T, Howes D, Williams FM. Percutaneous penetration and dermal metabolism of triclosan (2,4, 4’-trichloro-2’-hydroxydiphenyl ether). Food Chem Toxicol Int J Publ Br Ind Biol Res Assoc 2000; 38:361–370.

[3]        Calafat AM, Ye X, Wong L-Y, Reidy JA, Needham LL. Urinary concentrations of triclosan in the U.S. population: 2003-2004. Environ Health Perspect 2008; 116:303–307.

[4]        Shekhar S, Sood S, Showkat S, Lite C, Chandrasekhar A, Vairamani M, Barathi S, Santosh W. Detection of phenolic endocrine disrupting chemicals (EDCs) from maternal blood plasma and amniotic fluid in Indian population. Gen Comp Endocrinol 2017; 241:100–107.

[5]        Clayton EMR, Todd M, Dowd JB, Aiello AE. The impact of bisphenol A and triclosan on immune parameters in the U.S. population, NHANES 2003-2006. Environ Health Perspect 2011; 119:390–396.

[6]        Anderson SE, Meade BJ, Long CM, Lukomska E, Marshall NB. Investigations of immunotoxicity and allergic potential induced by topical application of triclosan in mice. J Immunotoxicol 2016; 13:165–172.

[7]        Ahn KC, Zhao B, Chen J, Cherednichenko G, Sanmarti E, Denison MS, Lasley B, Pessah IN, Kültz D, Chang DPY, Gee SJ, Hammock BD. In Vitro Biologic Activities of the Antimicrobials Triclocarban, Its Analogs, and Triclosan in Bioassay Screens: Receptor-Based Bioassay Screens. Environ Health Perspect 2008; 116:1203–1210.

[8]        Kumar V, Chakraborty A, Kural MR, Roy P. Alteration of testicular steroidogenesis and histopathology of reproductive system in male rats treated with triclosan. Reprod Toxicol 2009; 27:177–185.

[9]        Paul KB, Hedge JM, Devito MJ, Crofton KM. Developmental triclosan exposure decreases maternal and neonatal thyroxine in rats. Environ Toxicol Chem 2010; 29:2840–2844.

[10]      Paul KB, Hedge JM, Bansal R, Zoeller RT, Peter R, DeVito MJ, Crofton KM. Developmental triclosan exposure decreases maternal, fetal, and early neonatal thyroxine: a dynamic and kinetic evaluation of a putative mode-of-action. Toxicology 2012; 300:31–45.

[11]      Philippat C, Wolff MS, Calafat AM, Ye X, Bausell R, Meadows M, Stone J, Slama R, Engel SM. Prenatal Exposure to Environmental Phenols: Concentrations in Amniotic Fluid and Variability in Urinary Concentrations during Pregnancy. Environ Health Perspect 2013.

[12]      Dinwiddie M, Terry P, Chen J. Recent Evidence Regarding Triclosan and Cancer Risk. Int J Environ Res Public Health 2014; 11:2209–2217.

[13]      Cherednichenko G, Zhang R, Bannister RA, Timofeyev V, Li N, Fritsch EB, Feng W, Barrientos GC, Schebb NH, Hammock BD, Beam KG, Chiamvimonvat N, et al. Triclosan impairs excitation-contraction coupling and Ca2+ dynamics in striated muscle. Proc Natl Acad Sci U S A 2012; 109:14158–14163.

[14]      Halden RU, Paull DH. Co-occurrence of triclocarban and triclosan in U.S. water resources. Environ Sci Technol 2005; 39:1420–1426.

[15]      Butler E, Whelan MJ, Sakrabani R, van Egmond R. Fate of triclosan in field soils receiving sewage sludge. Environ Pollut Barking Essex 1987 2012; 167:101–109.

[16]      Dann AB, Hontela A. Triclosan: environmental exposure, toxicity and mechanisms of action: Triclosan: exposure, toxicity and mechanisms of action. J Appl Toxicol 2011; 31:285–311.

[17]      Drury B, Scott J, Rosi-Marshall EJ, Kelly JJ. Triclosan Exposure Increases Triclosan Resistance and Influences Taxonomic Composition of Benthic Bacterial Communities. Environ Sci Technol 2013; 47:8923–8930.

[18]      Gaulke CA, Barton CL, Proffitt S, Tanguay RL, Sharpton TJ. Triclosan Exposure Is Associated with Rapid Restructuring of the Microbiome in Adult Zebrafish. PLOS ONE 2016; 11:e0154632.

[19]      Aiello AE, Larson EL, Levy SB. Consumer antibacterial soaps: effective or just risky? Clin Infect Dis Off Publ Infect Dis Soc Am 2007; 45 Suppl 2:S137-147.

Nos dernières informations

L’ASEF réagit au vote sur les PE du 4 juillet dernier
En pièce jointe : la réaction de trois associations de médecins et professionnels de santé suite au vote de la ...
Le débrief de l’ASEF du 29 juin 2017
Bonjour à tous, Il s’est passé beaucoup de choses à l’ASEF la semaine dernière ! Le Dr Lefèvre a participé à ...