20 mars 2017

Diesel, particules fines, NOx : derrière les scandales, quelle toxicité sur notre santé ? par le Dr Bourdrel

On le sait, le diesel est depuis longtemps une préoccupation sanitaire en raison des particules fines  qu’il émet, classées cancérigènes par l’OMS en 2011. Les particules diesels sont pour l’essentiel des particules fines et ultrafines pouvant atteindre tous les organes et qui véhiculent à leur surface des agents très toxiques tels que des métaux lourds et des hydrocarbures aromatiques polycycliques.

En plus de ces particules dites primaires les émissions diesel émettent des gaz, notamment les NOx qui sont au centre d’une actualité brûlante. En dehors du scandale des logiciels et contrôles truqués que sait-on vraiment de leur effets sur la santé ?

Les NOx ont une  triple toxicité

Premièrement parce qu’ils sont une source majeure de particules fines «secondaires» , c’est-à-dire non émises directement mais résultant de la conversion de certains gaz, et qui se forment après la sortie du pot d’échappement, et «échappent» donc aux filtres à particules et tests de mesures des constructeurs.

Deuxièmement car les NOx sont des précurseurs de l’ozone, qui est un gaz toxique pour l’appareil respiratoire, en plus d’être un acteur majeur du réchauffement climatique.

Enfin, les NOx ont une toxicité directe, particulièrement le NO2 qui est responsable d’exacerbations de l’asthme et de bronchites chroniques et d’altération du développement de la capacité pulmonaire des jeunes enfants. Le NO2 a aussi et surtout des effets cardiovasculaires. Les dernières études montrent en effet que le NO2 a un impact sur la mortalité, du même ordre que celui des particules fines, notamment sur la mortalité cardiovasculaire qui est la plus impactée.

Ces effets sont également appuyés par l’exemple des villes qui ont limité drastiquement les émissions diesel. Ainsi à Tokyo en mois de 10 ans, la concentration de particules fines a diminué de 50%, la mortalité cardiovasculaire et respiratoire a diminué respectivement de 11 et 20%.

Enfin pour être complet, rappelons que les nouveaux moteurs essences émettent également des NOx mais en quantité moindre que les diesels, et des particules fines mais dont la composition et la toxicité sont pour l’instant moins bien connues que celles des particules diesel.

  • Dr Thomas Bourdrel

    Médecin radiologue, membre de l’ASEF et du RES, le Dr Thomas Bourdrel a créé en 2014 le collectif Strasbourg Respire. Un an plus tard, celui-ci lancera un appel signé par plus de 120 médecins strasbourgeois demandant aux pouvoirs publics d’agir efficacement contre la pollution de l’air.

    Auteur d’articles scientifiques, il alerte régulièrement sur les effets sanitaires de la pollution notamment de ses effets sur le cœur, lors de congrès médicaux internationaux ainsi qu’au Sénat.

Nos dernières informations

Le débrief de l’ASEF du 27 avril 2017
Bonjour à tous, Cette semaine nous avons continué la préparation pour la soirée Biomaman ! Si vous n’êtes pas ...
Le débrief de l’ASEF du 20 avril 2017
Bonjour à tous ! Cette semaine nous avons reçu nos belles affiches pour la soirée Bio-Maman organisée le jeud ...
Le débrief de l’ASEF du 13 avril 2017
Bonjour à tous, Cette semaine, nous accueillons Marion, notre nouvelle salariée Ancienne sage-femme hospitali ...