A+ R A-

Pour un ménage santé !

Écrit par J. Maherou, S. Norest & L.Ferrer Créé le vendredi 11 mai 2012 14:09

ménage heureux

On compte près de 900 substances chimiques dans notre maison dont certaines sont émises par les produits ménagers (lessives, laves vitres, détergents). Elles peuvent non seulement être néfastes pour la santé mais aussi pour l’environnement. Il est donc nécessaire de prendre conscience des dangers liés à l'utilisation des produits d'entretien ménager ; en particulier pour les populations vulnérables que sont enfants, femmes enceintes ou patients atteints de maladies respiratoires ou cardiaques.

 

 

Ménage : attention danger !

 

Les substances douteuses

Les produits ménagers émettent principalement des composés organiques volatils (COV). Comme leur nom l’indique, ils sont très volatils, ce qui leur permet de se propager et de contaminer l’air intérieur des habitations. Certains d’entre eux - et c’est le cas du benzène et du formaldéhyde – sont reconnus comme cancérigènes par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer). En France, 25% des logements ont des taux de COV importants qui seraient 10 fois plus élevés à l’intérieur qu’à l’extérieur[1].

Alors d’où viennent-ils ? De la peinture, des cosmétiques, des produits de bricolage, du tabac, des meubles et surtout des produits ménagers « classiques ». On les trouve dans détergents, les dégraissants, les solvants, les lave-vitres mais aussi dans les désodorisants tels que les bougies parfumées, les parfums d’intérieur ou l’encens.

Voici pour s’y retrouver une petite liste non-exhaustive des COV que l’on peut trouver dans les produits dédiés au ménage :

- Benzène

- Formaldéhyde

- Toluène

- Styrène

- Ethylbenzène

- Xylène

- Trichloroéthylène

- Acétone

- Ether de glycol

- Acétylène

- Ethane

- Ethylène

- HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques)

-Perchloroéthylène                                                                                                                                                

 

Le ménage peut-il nous rendre malade?

 Faire le ménage peut donc tout simplement rendre malade mais les effets peuvent être variables selon la concentration en polluant, la durée d’exposition, l’âge ou encore le sexe. Un homme de 50 ans et une fillette de 6 mois ne sont pas « impactées » de la même façon. Si, le plus souvent, il s’agit d’irritations des voies respiratoires[2] - qui peut se traduire par de l’asthme-, l’exposition aux produits ménagers sur le long terme peut s’avérer particulièrement nocive.

On le constate clairement chez les populations les plus à risques que sont les professionnels de santé, les femmes de ménage ou encore les employés d’industries de nettoyage car ils sont fréquemment exposés aux produits ménagers.

Une étude[3] publiée en 2009 a montré que l’asthme reste un des premiers risques professionnels pour les infirmières. Comparée à celle d’autres professionnels du secteur santé, la proportion d’asthme chez les infirmières effectuant des nettoyages d’instruments médicaux était beaucoup plus élevée. Il en allait de même chez celles utilisant des décontaminants de surface ou des produits de nettoyage courants. De même, la fréquence de l’asthme connaissait un presque doublement chez les infirmières ayant utilisé des gants poudrés de 1996 à 2000.

Ces résultats ont confirmé deux autres études[4],[5] montrant que les femmes de ménage souffraient plus d’asthme que les femmes étant peu exposées aux produits ménagers.

Au-delà des cas d’asthme, de nombreuses études[6] ont montré que les produits ménagers seraient aussi impliqués dans l’apparition de cancers. Une d’entre elles a plus particulièrement mis en évidence le lien entre l’exposition aux solvants organiques et le risque de lymphome non-hodgkinien chez les femmes.

Une autre étude[7] publiée en 2010 a montré que les produits d’entretien contribueraient à augmenter les risques de cancer du sein.Les scientifiques ont suivi 787 femmes du Massachussetts (USA) qui se sont vues diagnostiquer un cancer du sein entre 1988 et 1995 ainsi que 721 femmes du groupe « control ». Résultats : le risque de développer un cancer du sein est multiplié par deux dans le sous-groupe utilisant le plus de produits d’entretien et de rafraichisseurs d’air, en comparaison du sous-groupe en utilisant le moins.

 

Et pour les femmes enceintes ?

Faire le ménage en étant enceinte peut affecter le fœtus car les produits d’entretien classiques sont souvent très agressifs et très concentrés en substances toxiques. L’éther de glycol, notamment présent dans les lave-vitres, peut être responsable de malformations congénitales et affecter le développement du fœtus.

Une étude de l’Inserm[8] publiée en 2009 a montré que le risque de malformations congénitales d’un fœtus est 2,5 fois supérieur si la future mère est exposée de façon régulière aux solvants dans son environnement professionnel (secteur de la santé, de l’entretien, de la coiffure et de l’esthétique, et en laboratoire). Ces malformations sont le plus souvent faciales (bec de lièvre), rénales, urinaires ou génitales.

L’exposition de la mère aux produits chimiques pendant la grossesse peut également être néfaste pour le développement neurologique de l’enfant, le cerveau du fœtus étant plus vulnérable[9].

Pour en savoir plus, consultez notre synthèse "Une grossesse sans pollution"

 

Quels sont les produits à éviter ?

 

Pour faire le ménage de façon durable tout en préservant sa santé, il est indispensable de bannir quelques produits de ces placards.

 

L’eau de Javel

Détachante, désinfectante, l’eau de Javel - ou solution d’hypochlorite de sodium - a la réputation d’être le meilleur produit pour nettoyer sa maison. Pourtant, elle est potentiellement toxique pour notre santé et notre environnement ! Son utilisation peut entrainer des brûlures de la peau, des yeux, des systèmes digestif et respiratoire.

eau de javel enfantL'eau de Javel réagit avec de nombreux composés chimiques. Mélangée avec de l’acide, que l’on retrouve dans certains produits ménagers, elle produit du dichlore (Cl2), un gaz très toxique provoquant des toux, des vertiges, des nausées, des difficultés respiratoires, de fortes irritations et l’inflammation des muqueuses. Les conséquences peuvent se traduire par une insuffisance respiratoire et la formation d’un œdème pulmonaire[10]. Si vous choisissez d’en utiliser malgré nos recommandations, proscrivez tout mélange avec d’autres produits !!!

Au-delà des impacts sur la santé, le chlore contenu dans l’eau de Javel peut avoir également des conséquences sur les écosystèmes. Libéré dans la nature, le chlore réagit avec les matières organiques du sol, de l'eau, de l'air et forme des composés organochlorés, toxiques pour les micro-organismes.

L’eau de Javel est donc à éviter, d’autant plus qu’il n’est pas indispensable de désinfecter sa maison (sauf en cas infectieux avérés : salmonellose, hépatites, staphylocoques). La désinfection massive de nos intérieurs perturbe l'équilibre bactérien normal de nos maisons et de l'environnement alors que la présence de microbes est naturelle et même indispensable pour notre santé. L'usage régulier de l'eau de Javel diminue les défenses immunitaires efficaces de notre corps car il n’est plus confronté aux microbes. Par ailleurs, la désinfection rend les bactéries plus résistantes, les produits antibactériens sont donc également à éviter.

A noter ! Les enfants qui se déplacent à quatre pattes sur un sol javellisé ne sont pas exposés de la même façon qu’un adulte qui marche !

 

Les vaporisateurs


Les produits conditionnés sous forme de vaporisateur augmentent les risques pour la santé au moment de l’utilisation. En effet, étant propulsé en fines gouttelettes, le produit reste en suspension et peut facilement être inhalé ou entrer en contact avec les yeux ou la peau. Le danger augmente quand le produit est lui-même corrosif. C’est notamment le cas des décapants pour fours ou produits détartrants.

 

Les produits contenant du phosphate

Une fois rejetés dans le milieu naturel, les phosphates contenus dans certains produits nettoyants, notamment les lessives, peuvent entrainer de graves conséquences sur les écosystèmes. Dans les milieux aquatiques, l’excès de phosphore entraine la prolifération des algues et conduit à une désoxygénation des eaux. C’est le phénomène d’eutrophisation.

L’équilibre biologique est alors perturbé et tout l’écosystème est dégradé.

Pour préserver l’environnement, préférez donc des produits sans phosphates.

 

Les détergents

Tous les produits de nettoyage de la maison sont des détergents : nettoyants multi-usage, liquides vaisselle, lessives... Les détergents sont principalement composés d'agents nettoyants qui sont des tensioactifs, molécules essentielles dans la fabrication d’un produit d’entretien car il rompt les liaisons entre les saletés et les supports. Les détergents contiennent également des additifs (phosphates, anticalcaire, agents de blanchiment), destinés à améliorer, démultiplier ou renforcer l'action du tensio-actif. Outre la problématique des phosphates, les détergents sont difficilement biodégradables et émettent des COV dont du formaldéhyde, substance irritante, allergisante et cancérigène.

 

Le perchloroéthylène

perc ménageLe perchloroéthylène (PERC) est le principal solvant utilisé pour le nettoyage à sec dans les pressings. Classé dans le groupe 2A des substances «cancérogènes probables» par l’OMS, le PERC est suspecté de favoriser les risques de cancer de l’œsophage, du col de l’utérus et de lymphomes non Hodgkininens. Il peut aussi avoir des effets neurologiques et un impact sur les reins et le foie. Le 25 décembre 2009, une septuagénaire de Nice qui habitait juste au-dessus d'un pressing, serait même décédée suite à une intoxication au PERC. Pour en savoir plus sur le PERC, consultez notre article en cliquant ici !

Déjà interdit au Danemark et aux Etats-Unis, le PERC sera interdit dans les nouvelles installations à partir du 1er mars 2013 et progressivement interdit à partir de cette date pour les machines déjà en place. L’interdiction totale du PERC dans des locaux occupés par des tiers sera effective au 1er janvier 2022

En attendant, il est préférable d’éviter le nettoyage à sec ou de bien aérer les vêtements en sortant du pressing.

 

Les produits contenant des parfums allergisants
 
Si les produits ménagers sentent généralement bon, c’est grâce (ou à cause) des parfums de synthèse qu’ils contiennent. Mais ce n’est pas parce qu’ils sentent bons qu’ils n’ont pas d’effets sur notre santé. Au contraire… Vingt-six parfums potentiellement allergisants sont inscrits dans la réglementation européenne. Les fabricants de produits ménagers, mais aussi de cosmétiques ont l’obligation d’indiquer leur présence sur les étiquettes. Présents en petites doses, elles apparaissent généralement à la fin de la liste des ingrédients.
 
Pour vous aider à les identifier, voici la liste de ces 26 substances : Alpha-isomethyl ionone ; Amyl cinnamal ; Amyl cinnamyl alcohol ; anise alcohol ; benzyl alcohol ; benzyl benzoate ; benzyl cinnamate ; benzyl salicylate ; butylphenyl methylpropional ; cinnamal ; cinnamyl alcohol ; citral ; citronellol ; coumarin ; eugenol ; evernia prunastri ; evernia furfuracea ; farnesol ; geraniol ; hexyl cinnamal ; hydroxycitronellal ; hydroxyisohexyl 3-cyclohexene carboxaldehyde ; isoeugenol ; limonene ; linalool et methyl 2-octynoate.
 
L’exposition répétée à ces substances peut induire un processus de sensibilisation et conduire à une allergie de contact mais la réaction peut survenir dès la première utilisation.

 

Quels sont les produits à privilégier ?

 

Les produits portant un Ecolabel

Pour préserver sa santé et protéger l’environnent, les produits d’entretien classiques sont à replacer par des produits écolabellisés. Les écolabels, accordés par des organismes de certification garantissent la qualité des produits et une réduction de leur impacts environnementaux tout au long de leur cycle de vie, depuis la fabrication (choix des matières premières, conditions de production…) jusqu’à l’élimination des déchets.

Deux écolabels sont délivrés en France :

- La marque NF Environnement pour le marché français : crée en 1991, elle est délivrée par AFNOR Certification. Elle garantit la qualité d’usage et la qualité environnementale du produit.

NF ecolabel

On la retrouve sur les produits suivants :

• Equipement de la maison : ameublement, cafetières, filtres à café, sacs poubelle, litières pour chat

• Bricolage/jardinage : colles pour revêtements de sols, peintures et vernis, colorants universels, profilés de décoration et d’aménagement, composteurs individuels de jardin

• Bureau/papeterie : cahiers scolaires, enveloppes et pochettes postales, cartouches d’impression laser, colles de papeterie, instruments d’écriture

• Distribution : sacs cabas, sacs de caisse

• Produits industriels : absorbants tous liquides pour sols, lubrifiants pour chaîne de tronçonneuse, produits de signalisation horizontale

• Services : services de rénovation mécanique d’articles automobiles…

 

- L’Ecolabel Européen : créé en 1992 pour le marché de l’Union européenne par la commission européenne, c’est le seul label écologique officiel européen utilisable dans tous les pays membres. Il est délivré, en France, par AFNOR Certification et garantit qu’une démarche globale de respect de l’environnement a été engagée par le producteur(extraction des matières premières, fabrication, distribution, santé de l’utilisateur, recyclage et élimination).

 

EU ecolabel

 

On le retrouve sur les produits suivants :

• Habillement : chaussures, vêtements

• Equipement de la maison : ameublement (tous les meubles constitués d'au moins 90 %, en masse, de bois massif ou de matériaux à base de bois), ampoules électriques, matelas, linge de maison, papiers hygiénique, papier de cuisine et autres produits en papier absorbant pour usage domestique

• Equipement industriel : pompes à chaleur

• Electro-ménager : aspirateurs, congélateurs, lave-linges, lave-vaisselle, réfrigérateurs, téléviseurs

• Bricolage/jardinage : peintures et vernis décoratifs d’intérieur, revêtements de sols durs, lubrifiants, amendements organiques et supports de culture

• Produits nettoyants : détergents pour lave-vaisselle, détergents pour textiles, liquide vaisselle main, nettoyants multi-usages

• Bureau : ordinateurs personnels, ordinateurs portables, papier à copier

• Services : services d’hébergement touristique, services de camping

• Produits d’hygiène : écolabel savons, shampoing et après-shampoing

 

Les médecins de l'ASEF vous ont simplifié la vie en sélectionnant plusieurs produits ménagers portant ces écolabels. Pour les découvrir, consultez nos "Shopping List" : Lessives et Liquides vaisselle 

 

Les produits ménagers classiques peuvent également être remplacés par des produits naturels, tout aussi efficaces et souvent beaucoup plus économiques !

 

Les produits naturels

 

Le savon noir

Composé d’eau, d’huile d’olive, d’huile de lin et de glycérine, le savon noir est 100% naturel et entièrement biodégradable. Très dégraissant et détachant, c’est un produit multi-usage : il nettoie aussi bien le sol, les sanitaires, le four, les plaques de cuisson que les vitres ou la vaisselle. C'est également un antiseptique et un insecticide très efficace.

Le savon noir est vendu dans les magasins de bricolage ou les drogueries.

Attention à ne pas confondre le savon noir ménager avec le savon noir pour la peau que l’on trouve dans les hammams !

 

Le vinaigre blanc

Le vinaigre blanc est un mélange d’eau et d’acide acétique, ce qui lui permet d’être un bon détartrant, mais aussi un désinfectant, un dégraissant et un détachant. C’est un nettoyant puissant, écologique et bon marché. Il peut être utilisé pour nettoyer les sols, les vitres, la salle de bain, les gazinières, détartrer les bouilloires et les cafetières.

 

Le bicarbonate de soude

Le bicarbonate de soude est une poudre un peu granuleuse. Biodégradable, non inflammable ni toxique, il a de multiples qualités écologiques. Très peu coûteux et 100% écologique, le bicarbonate de soude constitue un agent nettoyant et désodorisant, il assouplit également les tissus. Il peut donc remplacer les produits anticalcaires, les lessives et les désodorisants classiques. Le bicarbonate de soude avec un peu d’eau chaude est aussi efficace contre les moisissures.

 

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles ont des propriétés désodorisantes, elles peuvent donc remplacer les bougies parfumées ou les parfums d’intérieur. Elles peuvent aussi être utilisées comme insecticides ou pour lutter contre les moisissures.

En cas de moisissures limitées, les huiles essentielles de thym sont particulièrement adaptées. Pour éloigner les insectes, il est préférable d’utiliser des huiles essentielles de lavande ou de menthe au lieu d’insecticides classiques qui sont en fait des pesticides reconnus comme cancérigènes.

De même, les boules antimites peuvent être remplacées par des huiles essentielles de cèdre.

 


Conclusion : N’oubliez pas de faire le ménage régulièrement afin d’éviter que les graisses, les mauvaises odeurs et les saletés ne s’incrustent et nécessitent ensuite l’utilisation de produits agressifs.

Il est très important d’aérer pendant et après avoir fait le ménage et d’aérer votre intérieur au moins 15 minutes par jour, en faisant des courant d’air et ce, même en hiver ! Cela permet de renouveler l’air de votre logement et de limiter l’exposition aux substances chimiques.


Pour plus de conseils pratiques, téléchargez également nos petits guides verts du Bio-ménage et du Bio-air intérieur en cliquant ici !!


 Références bibliographiques :

[1] Palot A, Charpin-Kadouch C, Ercoli J, Charpin D., Indoor volatile organic compounds: concentrations, sources, variation factors., Rev Mal Respir. 2008 Jun;25(6):725-30.

[2] Arif AA, Hughes PC, Delclos GL., Occupational exposures among domestic and industrial professional cleaners. Occup Med (Lond). 2008 Oct;58(7):458-63.

[3] Arif AA, Delclos GL, Serra C., Occupational exposures and asthma among nursing professionals, Occup Environ Med., 2009 Apr;66(4):274-8.

[4] Medina-Ramón M, Zock JP, Kogevinas M, Sunyer J, Antó JM., Asthma symptoms in women employes in domestic cleaning : a community based study., Thorax. 2003 Nov;58(11):950-4.

[5] Zock JP, Kogevinas M, Sunyer J, Almar E, Muniozguren N, Payo F, Sánchez JL, Antó JM; Spanish working group of the European Community Respiratory Health Survey, Asthma risk cleaning activities and use of specific cleaning products amoung Spanish indoor cleaners, Scand J Work Environ Health. 2001 Feb;27(1):76-81.

[6] Wang R, Zhang Y, Lan Q, Holford TR, Leaderer B, Zahm SH, Boyle P, Dosemeci M, Rothman N, Zhu Y, Qin Q, Zheng T., Occupational exposure to solvents and risk of non-Hodgkin lymphoma in Connecticut women, Am J Epidemiol. 2009 Jan 15;169(2):176-85.

[7] Zota AR, Aschengrau A, Rudel RA, Brody JG. Self-reported chemicals exposure, beliefs about disease causation, and risk of breast cancer in the Cape Cod Breast Cancer and Environment Study: a case-control study. Environ Health. 2010 Jul 20;9(1):40

[8] Garlantézec R, Monfort C, Rouget F, Cordier S. Maternal occupational exposure to solvents and congenital malformations: a prospective study in the general population. Occup Environ Med. 2009 Jul;66(7):456-63

[9] Julvez J, Grandjean P., Neurodevelopemental toxicity risks due to occupational exposure to industrial chemicals during pregnancy, Ind Health. 2009 Oct;47(5):459-68.

[10] Office fédéral de la santé publique OFSP, Unité de direction Protection des consommateurs, Eau de Javel, mars 2011.

Soutenez-nous !

Interrogez-nous !

Devenez Fan !

Twittez avec nous !