A+ R A-

Problématiques émergentes

Écrit par Administrator Créé le mardi 17 avril 2012 14:46

phtalates imageUne étude[2] française publiée en mars 2012 dans le revue « Human Reproduction » a démontré que l'exposition des testicules de l'homme adulte aux phtalates, entraîne une inhibition de la production de l'hormone masculine, la testostérone et serait responsable de la réduction des testicules chez l'homme adulte.

Cette étude a été réalisée par trois équipes françaises : celle de Bernard Jégou (Institut de recherche sur la santé, l'environnement et le travail, Inserm U1085, Rennes), de Daniel Zalko(Institut national de la recherche agronomique, Toulouse) et de Bruno Le Bizec (Laboratoire d'étude des résidus de contaminants dans les aliments, Ecole nationale vétérinaire, Nantes).

Les expériences ont été menées sur des testicules d’adultes humains exposés in vitro à deux substances : le DEHP [di- (2 éthylhexyl) phtalate] et le MEHP [mono- (2 éthylhexyl) phtalate]. Leurs résultats ont montré que ces composants réduisent de 30 % la production de testostérone par rapport à des testicules non exposés et cela, à des doses équivalentes à celles retrouvées chez des personnes normalement exposées. Deuxième constat majeur de l'étude : les testicules peuvent transformer un phtalate sans effet direct (le DEHP) en un phtalate inhibant la production de testostérone (MEHP). Ces résultats confirment bien le rôle de perturbateurs endocriniens des phtalates.

C'est la deuxième fois que les scientifiques établissent un lien expérimental direct entre l'exposition aux phtalates et la détérioration de la fertilité humaine. La première étude[1] historique avait été menée dans le laboratoire du Professeur Habert de l'Université Paris-Diderot. Cette étude avait montré que les phtalates réduisent le nombre des cellules précurseurs des spermatozoïdes dans le testicule fœtal de l'espèce humaine. Les études précédentes avaient mis en évidence le phénomène sur la reproduction des rats montrant notamment que cette substance chimique pouvait inhiber la synthèse de testostérone par le testicule, diminuer la fertilité et entraîner des malformations chez le rongeur au stade fœtal.

Les phtalates sont des plastifiants omniprésents dans notre environnement : on les retrouve dans pratiquement tous les articles en PVC mais aussi dans les emballages alimentaires. Les expositions aux différentes formes de phtalates se font donc par voie d'inhalation, d'ingestion et par le contact cutané. Depuis 2005, la législation européenne a interdit les phtalates dans la fabrication de jouets pour enfants et d’articles de puériculture. Notre association demande un renforcement de la réglementation et le remplacement des phtalates par un composé moins toxique.


Références bibliographiques :

[1] Romain Lambrot, Vincent Muczynski, Charlotte Lécureuil, Gaëlle Angenard, Hervé Coffigny, Catherine Pairault, Delphine Moison, René Frydman, René Habert, Virginie Rouiller-Fabre., Phthalates Impair Germ Cell Development in the Human Fetal Testis in Vitro without Change in Testosterone Production, Environmental Health Perspectives, 2009.

[2]Desdoits-Lethimonier C, Albert O, Le Bizec B, Perdu E, Zalko D, Courant F, Lesné L, Guillé F, Dejucq-Rainsford N, Jégou B., Human testis steroidogenesis is inhibited by phthalates, Hum Reprod. 2012 Mar 8

Devenez Fan !

Twittez avec nous !