A+ R A-

Etude : la pollution de l’air en cause dans les fausses couches

Écrit par J.Maherou Créé le mardi 29 avril 2014 06:47

pollution batimentSi les effets de la pollution de l’air sur les systèmes respiratoire et cardiovasculaire sont maintenant bien établis, ceux sur la reproduction sont en revanche moins connus. Mais une étude vient de montrer que la pollution atmosphérique pourrait augmenter le risque de fausse couche. Ce fléau n’a donc pas encore dévoiler tous ces secrets…

Cette étude a été menée en Mongolie, un pays dans lequel il fait très froid, les poêles à charbon sont ainsi utilisés de façon intensive. La combustion du charbon émet de nombreux polluants, comme des particules fines (PM2,5 et PM10), du dioxyde de soufre, et des oxydes d’azote. A Oulan-Bator, la capitale de la Mongolie, mais aussi la plus froide du monde, ces polluants peuvent alors atteindre des sommets.

Ce qui est troublant, c’est que dans ce pays, en hiver, les femmes font trois fois plus de fausses couches spontanées que pendant les autres saisons.

masque grossesse

Les chercheurs ont donc voulu savoir s’il existait un lien entre les deux phénomènes. Pour cela, ils ont mesuré l’ozone (O3), les PM2,5, les PM10, le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde de soufre (SO2), et le dioxyde d’azote (NO2) dans les habitations de 1 219 femmes mongoles admises à l'hôpital entre 2009 et 2011 en raison d'un avortement spontané. Premier constat : les concentrations étaient jusqu'à 8 fois supérieures aux recommandations de l’OMS.

Deuxième constat : il existe une forte corrélation entre les cas de fausses couches et les concentrations en SO2, NO2, CO, PM10 et PM2,5. Les mécanismes expliquant cette association sont encore mal connus, mais des études précédentes suggèrent que les gaz réduisent l'oxygénation des tissus fœtaux, conduisant ainsi à sa mort. C'est le même mécanisme qui expliquerait l'augmentation du risque de fausse couche chez les femmes exposées au tabagisme passif.

Si en France, nous n’en sommes pas à ce stade, les épisodes de pollution que nous avons connus en mars devraient tout de même nous pousser à agir.


 Références bibliographiques :

Enkhmaa D, Warburton N, Javzandulam B, Uyanga J, Khishigsuren Y, Lodoysamba S, Enkhtur S, Warburton D., Seasonal ambient air pollution correlates strongly with spontaneous abortion in Mongolia. BMC Pregnancy Childbirth. 2014 Apr 23;14(1):146.  

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter nos synthèses scientifiques sur l'air extérieur

Soutenez-nous !

Interrogez-nous !

Devenez Fan !

Twittez avec nous !