A+ R A-

Le changement climatique entraine la pénurie alimentaire

Écrit par J.Maherou et L.Rapuc Créé le jeudi 20 juin 2013 14:39

chaleur solDans un rapport publié hier, la Banque Mondiale a alerté sur les conséquences du changement climatique pour les pays en voie de développement. Inondations, sècheresse et températures extrêmes pourraient bien entrainer des pénuries alimentaires d’ici 2040, accentuant ainsi la pauvreté.

Depuis l’ère pré-industrielle, les températures ont déjà augmenté en moyenne de 0,8 °C et les impacts néfastes sont déjà visibles : canicules, tempêtes, inondations, sécheresse, etc.

La Banque Mondiale s’est alors interrogée sur les conséquences d’un scénario de réchauffement de 2 °C comme l’estiment les experts du GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat).

Réalisé avec des scientifiques du Postdam Institute et du Climate Analytics, le rapport s’est attardé sur trois zones particulièrement vulnérables : l'Afrique subsaharienne, l'Asie du Sud et du Sud-Est.

En Afrique subsaharienne, où la population devrait doubler d'ici à 2050, la production agricole totale devrait reculer desecheresse afrique 10%. Par ailleurs, 40% des terres dédiées au maïs pourrait devenir inutilisables dans la décennie 2030. Les scientifiques estiment qu’avec un réchauffement limité à 2 °C, la part des populations souffrant de malnutrition pourrait augmenter de 25 % à 90 % selon les pays. En cause, les sécheresses plus abondantes en Afrique australe, le déclin des rendements des grandes cultures comme le riz, le blé, le maïs et le sorgho ainsi que l’appauvrissement des zones de pâturages dans la zone sahélienne.

En Asie du Sud-Est, les cyclones vont s’intensifier, les températures en été vont augmenter et le niveau de la mer va s’élever. Tous ces phénomènes vont fragiliser les populations des deltas qui devront faire face aux inondations, à la salinité accrue de l'eau et à l'érosion côtière.

Dans les trois deltas du Mékong, d'Irrawaddy et de Chao Phraya, les terres se situent deux mètres en dessous du niveau de la mer. Ceci pourrait avoir de lourdes conséquences sur l'agriculture, l'aquaculture et le secteur de la pêche. Des impacts qui pourraient menacer la sécurité alimentaire, d’autant plus que 40 % des protéines animales consommées dans la région proviennent de la mer.

culture asieEnfin, en Asie du Sud, l’augmentation des températures pourrait perturber le cycle des moussons, ce qui pourrait affecter les récoltes. Ainsi, avec une hausse des températures de 2 °C, la région devra importer deux fois plus de céréales d'ici à 2050 pour satisfaire les besoins en calorie par personne.

Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, estime que nous serons en mesure d'éliminer l'extrême pauvreté dans le monde d'ici 2030, mais nous échouerons si nous ne nous attaquons pas au changement climatique. Les pays en développement en seront les premières victimes même si leurs habitants ne sont pas maîtres de la hausse de la température mondiale.

La banque Mondiale a conclu : « Nous n'allons pas pénaliser les plus pauvres parce que les pays riches ne font pas les efforts qu'ils devraient pour réduire leurs émissions de CO2 ».

Pour aller plus loin consultez notre synthèse "le réchauffement climatique ou comment la planète essaie de survivre"

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter nos synthèses scientifiques sur la planète

Devenez Fan !

Twittez avec nous !