A+ R A-

CP - Notre enquête sur l'exposition des femmes enceintes aux Perturbateurs Endocriniens

14 septembre 2016

Dossier Spécial Perturbateurs Endocriniens (http://www.asef-asso.fr/mon-enfant/notre-dialogue)" ainsi qu'un "Mini-Guide Femmes Enceintes (http://www.asef-asso.fr/mon-enfant/nos-petits-guides)" et de rééditer son "Petit guide santé du Bio-Bébé (http://www.asef-asso.fr/mon-enfant/nos-petits-guides/375-telechargez-notre-petit-guide-vert-du-bio-bebe)".  Contact presse : Ludivine Ferrer (Cette adresse e-mail est protégée...


Lire la suite ...

Téléchargez notre "Petit guide santé du Bio-Bébé" - Edition 2016

12 septembre 2016

en cliquant ici (http://fr.calameo.com/read/0025465708f0130ca044f) ou le télécharger en cliquant sur le fichier pdf ci-après!


Lire la suite ...

La pollution de l'air fauche 48 000 Français tous les ans

21 juin 2016

Ce matin, la très sérieuse Agence Santé Publique France (http://inpes.santepubliquefrance.fr/INPES/quisommesnous.asp)a publié un rapport évaluant à au moins 48 000 le nombre de Français décédés en raison de la pollution atmosphérique. Un...


Lire la suite ...

Perturbateurs Endocriniens : la définition qui ne fait pas l’unanimité

16 juin 2016

Les perturbateurs endocriniens font l’actualité depuis quelques mois. Ces substances qui altèrent le fonctionnement de nos hormones n’avaient jusqu’ici pas de définition réglementaire, malgré leurs effets sur notre santé. Mais...


Lire la suite ...

Lors de la cuisson à basse température de la viande, toutes les bactéries sont-elles détruites?

10 juin 2016

Question de Anne-Marie : Lors de la cuisson à basse température (aliments cuits longtemps à 60°C) de la viande, toutes les bactéries sont-elles détruites ? Réponse du Dr Lefèvre : Non, les...


Lire la suite ...

AVC : la part non négligeable de la pollution de l’air

10 juin 2016

On savait la pollution de l’air néfaste pour la santé, mais on est en train d’avoir une idée un peu plus précise de ses effets sur le système cardiovasculaire. Une...


Lire la suite ...
123456

Lire l'interview de Geneviève Laferrère, Présidente de la FUB (semaine du 27 novembre 2012)

Écrit par L. Ferrer Créé le lundi 26 novembre 2012 00:00

visuel polaroid genevieve lafrrere

La semaine du 27 novembre 2012, c’est Geneviève Laferrère, Présidente de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) qui répondait à nos questions. Ingénieur-urbaniste au sein du ministère de l'Ecologie et du Développement Durable, elle a été amenée à travailler sur la planification des villes et leurs déplacements. Par la suite, au CERTU* puis au Conseil Régional Ile-de-France, elle a travaillé sur le développement et la sécurité de l'usage du vélo en ville. Elle a été élue présidente de la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) en avril 2011. Elle revient ici sur son engagement écologique de tous les jours.

 

L'ASEF: Au cours des dix dernières années, quelle a été votre principale action en faveur de la santé-environnement ?

Geneviève Laferrère: J'ai essayé de redonner une image positive à la pratique du vélo en aidant à l'implantation des vélos en libre-service à Lyon puis Paris, en rédigeant les règles nationales d'aménagement et de signalisation des pistes et bandes cyclables, des voies vertes…, en proposant de modifier le code de la route en « code de la rue » et en luttant contre les fausses idées qui circulent: le vélo en ville n'est pas dangereux ! Les accidents graves se produisent surtout en rase campagne.


A vos yeux, que faudrait-il faire aujourd’hui en priorité pour préserver notre santé ?

Plus d'activité physique ! Passer dès le plus jeune âge de son lit à sa chaise de classe, son banc d'université puis son fauteuil de bureau/écran d'ordinateur, son canapé/télé en s'engouffrant entre deux activités dans un siège de voiture dégrade irrémédiablement la santé. Avec seulement 3 km parcourus à vélo matin et soir (soit 10 mn à allure modérée), on a sa dose de dépense physique, on arrive à l'heure et sans stress. En combinant vélo puis transport en commun, on est moins stressé et on fait des économies sur son budget. En 2010, les dépenses de santé (consommation de soins et biens médicaux) représentent 175 milliards d'euros soit 5 milliards d'euros de plus chaque année (source INSEE). En triplant simplement la part des cyclistes actuelle sur les trajets courts (12 % de cyclistes au lieu de 4 %), ambition très modeste et réaliste, le gain annuel sur la santé serait de 15 milliards d'euros !


A vos yeux, que faudrait-il faire aujourd’hui en priorité pour préserver notre environnement ?

Déjà mieux comprendre la différence entre les causes de pollution et celles du réchauffement climatique. Pour les Français tout cela est bien confus ! Donc avoir plus de campagnes nationales et locales pour chasser les idées fausses: combien savent que l'air qu'ils respirent (avec leurs enfants) dans l'habitacle de leur voiture est 40 fois plus pollué que l'air respiré par un cycliste (source ADEME)? Il faut également privilégier les modes de transport économes en énergie, en CO2, en coût ; rester actif (marche, vélo) ; privilégier les transports collectifs (bus, tramway, métro, train, voiture en partage) ; limiter la « voiture solo » et le « tout automobile ».


Enfin, quel est votre éco-conseil de la semaine ?

Ressortez votre vélo de la cave ou rapportez le de la campagne: il y a 27,5 millions de vélos en France, vous pouvez sûrement en trouver autour de vous! Achetez un bon antivol en U et commencez à circuler dans les rues de votre quartier...

 

 

La question en + : Vous représentez la Fédération Nationale des Usagers en Bicyclette, pouvez-vous nous expliquer quels sont les bienfaits du vélo sur la santé et l'environnement ?

Ce n'est pas le vélo qui est dangereux ; ce qui est dangereux, c'est de ne pas en faire ! Une série de trois études réalisée à Copenhague entre 1964 et 1995 auprès d'un panel de plus de 30 000 participants s'est intéressée aux incidences de la pratique du cyclisme sur la mortalité. Les résultats ont clairement montré que les personnes qui, au début de l'enquête, se rendaient au travail en vélo vivaient en moyenne plus longtemps que les autres: leur risque de mourir était en effet inférieur de 28% à celui des personnes inactives. L'effet préventif du cyclisme était, dans ce contexte, comparable à celui produit par deux à quatre heures d'activité physique modérée à intensive par semaine, pratiquée pendant les loisirs. Et cet effet a été observé non seulement chez les personnes en bonne santé, mais aussi chez celles qui souffraient de maladies chroniques au début de l'étude. Depuis, plusieurs études françaises ont confirmé ces résultats.


 

 



 




Si vous souhaitez en savoir plus sur la Fédération Française des Usagers de la Bicyclette, vous pouvez cliquer ici.

 

 

Devenez Fan !

Twittez avec nous !