A+ R A-

Articles

Escherichia coli: infections alimentaires et impact sur notre santé

Écrit par S.Panicucci Créé le mardi 21 juin 2011 15:13

Les concombres sur le banc des accusés... Le 26 mai dernier, la Commission Européenne a lancé une alerte sur les concombres importés d’Espagne. Selon les premières sources, les concombres étaient porteurs d’une bactérie dangereuse. Cette dernière se serait propagée de façon très rapide en Allemagne. La bactérie a infecté de nombreux individus et provoqué la mort de quelques personnes résidant ou séjournant en Allemagne peu de temps avant. Elle fait partie de la famille des Escherichia coli, productrice de toxines. D’autres cas d’intoxication alimentaire ont été signalés dans douze pays : Suède, Danemark, Grande-Bretagne, Suisse, Autriche, Pays-Bas, Espagne, Etats-Unis, République tchèque, Pologne et France.

 

Par la suite les concombres ont été disculpés pour faire place aux graines germées de certaines exploitations agricoles du nord de l’Allemagne. Elles sont aujourd’hui reconnues comme étant responsables de cette épidémie. Les autorités recommandent donc de ne pas consommer des fèves et de graines germées crues.

Qu’est-ce que la bactérie Escherichia Coli ?

De nombreuses bactéries sont présentes dans notre organisme, dont l’Escherichia Coli (E.coli). Elle peut se présenter sous différentes formes et peut être pathogène pour l’homme, voire mortelle lorsqu’elle produit des toxines appelées « shigatoxines ». La bactérie est également présente dans l’intestin des animaux à sang chaud (les bactéries sont éliminées par les selles et contaminent l’environnement), ce qui explique l’infection d’origine alimentaire. Ce type de bactérie est responsable de différentes manifestations cliniques telles que des diarrhées sanglantes, des hémorragies du système digestif et dans les cas les plus graves un syndrome hémolytique et urémique (SHU), maladie rare en France.

Que se passe-t-il en France ?

Huit cas de SHU chez des jeunes enfants ont été détectés dans le nord de la France, cela étant dû à une infection alimentaire par la bactérie E.coli présente dans des lots de steaks hachés. Notons qu’il n’y a pas de lien avec les individus malades en Allemagne et ces derniers cas recensés en France. En effet les analyses des steaks hachés démontrent la présence d’une souche d’E.coli différente de celle retrouvée en Allemagne.

Comment protéger notre santé ?

Chaque année, on recense environ 100 cas de SHU en France. Ce syndrome touche plus particulièrement les enfants en bas âge. Les infections par l’E.coli productrice de « shigatoxine » ainsi que les SHU sont surveillés régulièrement par l’InVS (Institut de Veille Sanitaire). Des services de prise en charge sont présents et permettent de traiter l’infection.

Cependant si quelques règles d’hygiènes étaient respectées (tels que le lavage des mains) et des gestes simples effectués comme la cuisson à cœur de la viande de bœuf, le lavage des fruits et légumes qui vont être consommés crus. Le risque d’être en contact direct ou indirect serait donc moins élevé.

Impact économique

Dès les premiers cas de SHU, concombres, salades et tomates consommés crus ont été rendus responsables de diffuser l’épidémie d’intoxications alimentaires. Les ventes de légumes en France et en Espagne ont donc chutés rapidement. Egalement, les autorités allemandes décidèrent de retirer du marché tous ces produits frais. L’Espagne en tant que pays exportateur a subi beaucoup de pertes et demande donc à être dédommagée.

Pour en savoir plus

- Sur le syndrome hémolytique et urémique

- Sur le nombre de cas d'infections et de SHU

 

CARRERAINETT

Interrogez-nous !

Devenez Fan!

Twittez avec nous!

Partenaires