A+ R A-

Qualité de l’air intérieur à l’école : 30% des enfants sont exposés à des niveaux élevés

Écrit par Jennifer Maherou Créé le vendredi 30 mars 2012 12:05

classe-ecole-elevesLes enfants passent plus de 80% de leur temps à l’intérieur, dont une grande partie à l’école et ils représentent la population la plus sensible aux effets de la pollution de l’air.

Une exposition trop importante aux polluants atmosphériques peut alors entrainer des problèmes de santé à court et à long terme tels que la congestion nasale, des irritations de la peau et des yeux, des réactions allergiques, de l'asthme, des maux de tête, de la fatigue, des vertiges ou encore des nausées.

 

L'équipe Epidémiologie des Maladies Allergiques et Respiratoires (EPAR) d'Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche INSERM s’est donc intéressée à cette problématique en réalisant une étude dans 108 écoles primaires réparties dans 6 villes françaises (Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, Marseille, Strasbourg et Reims).

L'objectif de l'étude consistait à évaluer l'exposition de 6590 enfants concernés, âgés de 10 ans en moyenne, aux principaux polluants atmosphériques présents dans les classes.

 

Les chercheurs ont ainsi analysé pendant une année scolaire les concentrations de différents polluants atmosphériques:

- les particules fines (PM2.5) provenant essentiellement de la combustion automobile

- le dioxyde d'azote (NO2), également émis par le trafic routier

- 3 aldéhydes (formaldéhyde, acétaldéhyde et acroléine) issus des produits de combustion (cigarette, bougies, encens, cheminée, cuisinières à gaz), de construction et de décoration (bois, parquets stratifiés, des colles de moquettes, des papiers peints, mais également des vernis, des mousses isolantes), d'entretien (détergents, désinfectants, lingettes) et de traitement (insecticides)…


Les résultats montrent que 30% des enfants sont exposés à des niveaux de polluants supérieurs aux valeurs guides de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail).

 

Les valeurs guides étant :

- 10µg/m3 pour les particules fines (PM2.5) selon l’OMS,

- 40µ/m3 pour les dioxydes d'azote (NO2) selon l'OMS,

- 10µg/m3 pour le formaldéhyde selon l’Anses.

 

En parallèle, les chercheurs ont voulu évaluer la relation entre une mauvaise qualité de l’air intérieur et la santé allergique et respiratoire telles que l'asthme et les rhinites des enfants scolarisés dans ces classes.

Pour cela, ils ont étudié les signes cliniques des enfants grâce aux données recueillies lors d'une visite médicale comportant aussi un test cutané aux 11 allergènes les plus communs (acariens, chat, pollens…) et un test d’exercice permettant de détecter l'asthme à l’effort. Ces données ont été complétées par un questionnaire rempli par les parents.


Les résultats révèlent que les rhinites (en particulier les rhino conjonctivites) sont associées de manière significative à des taux forts de formaldéhydes dans les classes. Par ailleurs, une augmentation de la prévalence de l'asthme est observée dans les classes avec des taux élevés de particules fines PM2.5, de formaldéhyde, d'acroléine. La relation entre la mauvaise qualité de l'air et l'asthme concerne le plus souvent l'asthme de type allergique défini par le test cutané.

 

Les auteurs de cette étude ont insisté sur l’importance de maintenir une bonne qualité de l'air en classe. Selon eux, cela permettrait de limiter les risques de développer les signes cliniques des rhinites et de l'asthme. Cette action doit être accompagnée par une surveillance stricte de l’exposition des enfants aux polluants à la maison et à l'extérieur.


Source : Isabella Annesi-Maesano, Marion Hulin, François Lavaud, Chantal Raherison, Christine Kopferschmitt, Frederic de Blay, Denis Andre´ Charpin, Caillaud Denis, Poor air quality in classrooms related to asthma and rhinitis in primary schoolchildren of the French 6 Cities Study, Thorax, 21 mars 2012.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter nos synthèses scientifiques sur l'enfant

Newsletter

captcha

Twitter avec nous!

Devenez Fan!

Partenaires