Le débrief de l'ASEF du 22 mars 2018

  • Affiche du congrès sur les pathologies liées à l'environnement

  • Affiche du colloque santé environnement

  • Le rapport de l'EFSA sur l'antibiorésistance

Congrès exceptionnel sur les pathologies liées à l’environnement

Le 14 juin à Marseille (stade vélodrome) se tiendra un congrès exceptionnel sur la thématique santé-environnement. Cette formation a pour objectif de former les professionnels de santé, pour qu’ils puissent éclairer leurs patients sur les bonnes pratiques à adopter, mais aussi les rassurer par rapport à des discours alarmistes et infondés lus notamment sur internet ou dans la presse. Cette journée sera l’occasion de mieux appréhender les problèmes de santé émergents, notamment liés aux polluants intérieurs et extérieurs et d’échanger autour de cas cliniques.

Les intervenants Halimi Patrice, Lefevre Jean, Mouysset Jean-Loup et Souvet Pierre, membres actifs de l’ASEF, seront présents lors du congrès.

Ce congrès fait partie du programme DPC : votre participation gratuite vous permettra d’être indemnisés à hauteur de 315€.

Accueil à 8h autour de café et viennoiseries, début de la formation à 9h et fin à 16h30. Le parking à la journée ainsi que le cocktail déjeunatoire sont offerts.

Pour vous inscrire, vous avez 2 possibilités :

-Si vous n’avez jamais participé à un programme DPC contactez Fabienne de Kéwalé au 09 74 77 11 04 ou fabienne@kewale.fr  qui vous accompagnera dans la démarche

-Si vous avez déjà participé à un programme DPC et que vous avez un compte sur www.mondpc.fr, indiquez dans la rubrique « rechercher une action » la référence : 11341800042, cliquez ensuite sur « détail action de DPC » et inscrivez-vous sur la session 1.

Détail des interventions:

DR SOUVET PIERRE

Cardiologue, Président de l’ASEF, auteur de 200 alertes environnement -santé (ed. La Maisnie-Tredaniel)
Thème de l’intervention : Manger sainement, c’est possible ?

DR LEFEVRE JEAN

Cardiologue, Vice-Président de l’ASEF,
Thème de l’intervention : Le fond de l’air effraie !

MOUYSSET JEAN-LOUP

Oncologue, Président de l’association Ressource
Thème de l’intervention : Cancer et environnement : une fatalité ?

DR HALIMI PATRICE

Chirurgien pédiatre, co-fondateur de l’ASEF
Thème de l’intervention : Poison à domicile

Antibiotiques et antibiorésistance - A propos du Rapport de l’EFSA du 27.02.2018

Des antibiotiques, et des gènes de résistance y correspondant, ont été retrouvés dans de l’ADN extrait de carottes glaciaires datant de 30.000 ans, démontrant qu’il existait déjà des mécanismes  de compétition entre bactéries occupant une même niche écologique.

Mais c’est  depuis les années 50 que l’usage intensif des antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire, souvent à titre prophylactique dans ce dernier cas, s’est accompagné d’une augmentation de l’antibiorésistance en milieu hospitalier et en clinique animale ainsi que d’une contamination diffuse de l’environnement.

En 2001 l’OMS et l’ONU ont reconnu l’antibiorésistance bactérienne comme un problème  majeur de santé publique.

Les micro-organismes antibiorésistants circulent donc au sein des 4 écosystèmes majeurs : les hommes, les animaux, l’eau et les sols. Les sédiments, par les boues des stations d’épuration, par les épandages des boues issues des élevages, sont un milieu où peuvent se  concentrer les molécules antibiotiques et où peuvent s’opérer des transferts de gènes de résistance à d’autres bactéries pouvant infecter des animaux, des aliments issus de ces animaux ou des humains.

Le 2 février 2018 l’EFSA a publié un rapport soulignant la mise en évidence dans les états de l’UE de nouvelles résistances aux antibiotiques dans des bactéries retrouvées chez l’animal et chez l’homme, problème émergeant qui constitue une menace pour la santé publique.

Ce rapport, basé sur des données de 2016, met en évidence des bactéries résistantes aux antibiotiques isolées chez des animaux (volailles et porcs), dans de la nourriture élaborée à partir de ces animaux, et chez l’homme.

  • Chez les animaux (volailles et porc, en particulier poulets de batterie et dindes d’engraissement) et les aliments dérivés sont retrouvés :
    • Une résistance aux Carbapénèmes (faisant partie des bêta-lactamines) à un niveau relativement faible,
    • Des staphylocoques dorés résistants à la méticilline mais aussi résistants au linézolide (oxazolidinone), antibiotique de dernier recours.
    • Des bactéries Escerichia Coli résistantes aux bêta-lactamines, fluoroquinolones, tetracyclines et sulfonamides chez les volailles et la viande de volaille dans des proportions variables selon les états membres, de moins de 10% à plus de 70%
    • Des bactéries campylobacter résistantes ou très résistantes aux ciprofloxacine et tetracyclines, peu ou modérément résistantes à l’erythromycine.
  • Chez l’homme
    • Dans 25% des cas on retrouve la bactérie Salmonella qui présente une résistance à au moins 3 antibiotiques, ampicilline, Sulfonamides et Tétracyclines ( S. Kentucky 76% et S Infantis 39%).
    • Dans 4 pays de l’UE la bactérie S. Kentucky productrice de BLSE (bêta-lactamase à spectre étendu) et résistante à la ciprofloxacine a été détectée.
    • Les bactéries Campylobacter, fréquentes dans les intestins d’animaux d’élevage, 1ère cause bactérienne de gastro-entérite alimentaire chez l’homme en Europe, présentent une résistance élevée aux antibiotiques largement utilisés : Résistance à la ciprofloxacine de 55% chez C. Jejuni, 64% chez C. Coli ; résistance à la tétracycline de 43% chez C. Jejuni, 65% chez C. Coli. La résistance combinée aux antibiotiques d’importance critique, c’est-à-dire antibiotiques interdits ou à usage restreint chez l’animal, reste stable et relativement faible (0.6% pour C. Jejuni et 8% pour C. Coli). Cependant dans certains pays, au moins une infection à C. Coli sur trois s’est révélée résistante à des antibiotiques importants.

Ce rapport montre donc que l’antibiorésistance constitue une menace pour la santé publique en compromettant l’efficacité des traitements existants.

Il met aussi en évidence les défauts d’un élevage intensif, utilisant une antibiothérapie systématique qui permet la diffusion de bactéries résistantes  et de transferts de gènes de résistance dans les aliments et, in fine, chez l’homme.

Enfin, ce rapport, couvrant tous les états de l’Union Européenne montre la grande disparité selon les états, comme le souligne Vytenis Andriukaitis, commissaire européen à la santé et à la sécurité alimentaire. Il semble donc indispensable, voire vital, d’harmoniser des politiques strictes d’utilisation des antibiotiques dans tous les secteurs.

Sources

Rapport de l’EFSA publié le 27.02.2018

L’antibiorésistance dans les environnements aquatiques ; Environnement Risque et Santé février 2018 (à paraître)

A vos agendas !

Le docteur Christine Kowalczyk, médecin généraliste et présidente de l’URML OI, organise un colloque sur les Perturbateurs Endocriniens et sur ses enjeux pour la santé et la planète. 6 experts reconnus seront présents : Corinne Lepage, Barbara Demeneix, Estelle Nobécourt, Christian Vélot, Joël Spiroux et Henri Vacher-Coponat.

RDV le 14 avril 2018 au théâtre Stella Matutina, 6 allée des Flamboyants, à Piton-Saint-Leu (Réunion). La remise des badges se fera à 8h00. Ce badge ouvre l’accès au colloque, à l’espace exposants, aux pauses cafés et au déjeuner buffet.

Infos pratiques

25€ pour les adhérents de l’URPS

35€ pour les autres participants

Inscriptions ici

Programme complet ici

Le site officiel de l’événement ici 

A jeudi prochain et d’ici là portez-vous bien !

Jean Lefevre, membre de l’ASEF