Le débrief de l'ASEF du 05 avril 2018

Bonjour,

Commençons tout d’abord par un aperçu de nos activités de la semaine. Jeudi dernier, notre Président, le Dr Pierre Souvet, était à Paris à l’occasion du séminaire international de l’alimentation biologique. Il y évoquait la controverse des pesticides, dont certains sont des Perturbateurs Endocriniens potentiels. Il présentait ainsi les failles de la toxicologie actuelle, et parlait de tous ceux qui luttent pour une alimentation saine et sans pesticides.

A l’ASEF, nous travaillons beaucoup sur les Perturbateurs Endocriniens cette semaine puisque vendredi, un de nos membres les plus actifs, le Dr Jean Lefèvre, se rendra à une conférence organisée par la Mutualité Française à Nice. Il y abordera cette thématique.

Une autre info de taille : notre association intensifie ses relations internationales. En effet, le 10 avril, les Docteurs Pierre Souvet et Jean Lefèvre rencontreront le Docteur Joe Vipond, membre de la direction de l’ACME (Association Canadienne des Médecins pour l’Environnement) et récompensé pour son investissement en santé-environnement. Cette association travaille donc tout comme l’ASEF, sur ces problématiques (pesticides, energies, changements climatiques et santé, etc.) et communique auprès du grand public.

Et maintenant, revenons en France où des parents d’élèves se regroupent pour lutter contre le plastique. Un nouveau projet de loi propose son interdiction dans les cantines. Porté par des collectifs de parents soucieux de la santé de leurs enfants, ce projet vise à préserver l’environnement par la diminution des déchets plastiques, mais aussi à protéger les enfants, dont l’exposition prolongée peut s’avérer dangereuse pour leur santé.

Des cantines sans plastique, c’est possible ?

Avec le plastique il y a toujours un risque de retrouver des substances suspectes dans les aliments. En effet des substances chimiques présentes dans les barquettes peuvent migrer dans l’aliment même à froid  et le chauffage va renforcer cette migration. Et on sait qu’avec ce genre de polluant, ce n’est pas la dose qui pose problème, mais bien la fréquence d’exposition. Or, lorsqu’un enfant mange tous les midi à la cantine de 3 à 18 ans, on peut dire qu’il y est exposé régulièrement. « On parle beaucoup du bio dans les cantines, ce qui est une bonne idée. Mais servir du bio dans du plastique…. On voit bien que ce n’est pas cohérent ! » commente le Docteur Souvet.

La lutte contre les plastiques dans les cantines a commencé il y a quelques années. Des collectifs de parents d’élèves à Strasbourg, Mont-Rouge et Bordeaux se sont ainsi progressivement créés. Deux arguments sont avancés par ces collectifs : la préservation de la santé des enfants, en contact quotidien avec des potentiels Perturbateur Endocrinien – même si les normes sont respectées –  et la protection de l’environnement par la diminution de la consommation de plastique. Dès la rentrée 2017, le collectif Strasbourg a pu commencer un retrait progressif des emballages plastifiés, grâce à une pétition lancée un an auparavant.

« A chaque fois, nous avons soutenu avec force ces collectifs de parents d’élèves. Nous sommes ravis aujourd’hui que la République s’en saisisse et que tous les enfants de l’école laïque puissent être égaux face au plastique » explique le Dr Pierre Souvet, Président de l’ASEF, qui a notamment défendu cette idée lors des Assises de l’Alimentation qui se sont tenues à l’automne.

La loi devrait ainsi limiter fortement ces polluants dans l’environnement quotidien de l’enfant. « Et il ne faut pas hésiter à faire pareil à la maison » conclut le Dr Pierre Souvet.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire : cuisinez et bannissez le plastique ! Et n’oubliez-pas, si vous êtes professionnels de santé, nous vous donnons rendez-vous le 14 juin au stade Vélodrome à Marseille lors du congrès exceptionnel sur les pathologies liées à l’environnement. Toutes les informations sont disponibles ici

A jeudi prochain et d’ici là portez-vous bien !

Le club des 11 de l’ASEF